Les difficultés économiques de l’UE ne sont pas dues à la Russie ou au Covid – ScholzSelon le chancelier allemand, les difficultés actuelles de l’Union européenne sont dues à la croissance en Asie.

Les difficultés économiques de l’UE ne sont pas liées à la Russie ou au Covid – Scholz
Olaf Scholz, chancelier de la République fédérale, s’exprime lors du Sueddeutsche Zeitung Wirtschaftsgipfel d’Allemagne, le 22 novembre 2022 à Berlin, en Allemagne. Mathis Wienand/Getty Images


Ni la pandémie de Covid-19 ni l’offensive de la Russie contre l’Ukraine n’ont joué un rôle central dans le ralentissement économique actuel de l’Europe, a affirmé le chancelier allemand Olaf Scholz. Il l’attribue plutôt à la croissance en Asie et prévient qu’il n’y aura probablement pas de retour au bon vieux temps dans un avenir proche.

S’exprimant mardi lors d’un sommet économique organisé par le Suddeutsche Zeitung à Berlin, M. Scholz a déclaré que, pendant des années, les pays d’Amérique du Nord et d’Europe ont bénéficié d’une combinaison de croissance stable, de faible inflation et de taux d’emploi élevés. Il s’agit toutefois, selon le chancelier, d’une « exception économique » dont on ne peut attendre qu’elle dure plus longtemps.

« La guerre de la Russie [contre l’Ukraine] et les conséquences économiques de la pandémie [Covid-19] ont peut-être accéléré » la fin de cette ère, a estimé l’homme politique. Il s’est toutefois empressé d’ajouter qu' »elles n’en ont pas été l’élément déclencheur ».

M. Scholz a poursuivi en expliquant que, pendant des décennies, des pays tels que le Vietnam et l’Indonésie ont principalement été considérés comme une source de marchandises bon marché pour les marchés européen, américain et, de plus en plus, chinois. Mais entre-temps, ces mêmes nations asiatiques ont connu une augmentation explosive du nombre de personnes appartenant à la classe moyenne. Le pouvoir d’achat de ces personnes a augmenté en conséquence. C’est ce qui, selon le chancelier allemand, a conduit à une inflation croissante ailleurs.

Il a noté que, dans le même temps, il s’agit d’une grande histoire de réussite rendue possible par la mondialisation. Il a également mis en garde contre la démondialisation, appelant l’Allemagne et d’autres nations européennes à accroître les échanges avec les économies émergentes, « bien sûr, [le commerce] selon des règles équitables. »

« Un monde de plus en plus multipolaire s’organise en ce moment même, de manière fondamentalement nouvelle », une évolution qui se voit surtout en Asie du Sud-Est, a soutenu M. Scholz.

Il s’est empressé de rassurer les entreprises allemandes en leur disant qu’elles n’avaient rien à craindre, car leurs produits resteront très demandés dans ce nouveau monde et elles ne peuvent qu’y gagner davantage.

Parlant de la crise énergétique que traverse actuellement son pays, M. Scholz a accusé la Russie d’armer les exportations de gaz, ajoutant que l’Allemagne avait commis une erreur en dépendant trop d’un seul fournisseur. Il a promis que Berlin ne répéterait jamais cela à l’avenir, ce qui signifie que la dépendance à l’égard de la Chine devra également être réduite. L’Allemagne, a-t-il dit, doit chercher de nouveaux fournisseurs et marchés pour ses produits.

Le chancelier a promis de veiller à ce que la puissance économique de l’Europe puisse passer l’hiver prochain.

https://www.rt.com/news/566997-scholz-names-culprit-economic-downturn/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s