Pour les Américains, lors des guerres les humains sont l’équivalent des rats dans les laboratoires

par Caitlin Johnstone

En plus de faire avancer les objectifs géostratégiques américains de longue date, il semble que la guerre par procuration en Ukraine soit également utilisée pour aiguiser les griffes de la machine de guerre impériale en vue d’une guerre chaude imminente avec la Chine et/ou la Russie.

Un article étonnamment franc du New York Times, « Western Allies Look to Ukraine as a Testing Ground for Weapons » décrit comment la machine de guerre impériale capitalise sur la guerre par procuration américaine pour tester ses armes en vue d’une utilisation future.

« L’Ukraine est devenue un terrain d’essai pour des armes et des systèmes d’information de pointe, et de nouvelles façons de les utiliser, qui, selon les responsables politiques et les commandants militaires occidentaux, pourraient façonner la guerre pour les générations à venir », écrit Lara Jakes.

Jakes dit que « les nouvelles avancées technologiques et de formation en Ukraine sont surveillées de près pour la façon dont elles changent le visage du combat ».

Ces nouvelles avancées technologiques comprennent un système d’information connu sous le nom de Delta, ainsi que « des bateaux télécommandés, des armes anti-drones connues sous le nom de SkyWipers et une version mise à jour d’un système de défense aérienne construit en Allemagne que l’armée allemande elle-même n’a pas encore utilisé ».

Un ancien président lituanien aurait déclaré : « Nous apprenons en Ukraine à nous battre et nous apprenons à utiliser notre équipement de l’OTAN », ajoutant : « C’est honteux pour moi parce que les Ukrainiens paient de leur vie pour ces exercices pour nous. »

À un moment donné, l’article du New York Times a été réédité, passant de « Les alliés occidentaux regardent l’Ukraine comme un terrain d’essai pour les armes » à un peu moins évident « Pour les armes occidentales, la guerre en Ukraine est un test bêta ».

La nouvelle selon laquelle l’Occident utilise l’Ukraine pour tester des systèmes d’armes pour de futures guerres s’aligne sur les récents commentaires du commandant de l’arsenal nucléaire américain selon lesquels la guerre par procuration est un test pour un conflit beaucoup plus important qui se prépare.

« Cette crise ukrainienne dans laquelle nous nous trouvons en ce moment, ce n’est que l’échauffement », a déclaré le chef de la STRATCOM américaine, Charles Richard, lors d’une conférence navale au début du mois. « Le grand jour arrive. Et il ne faudra pas longtemps avant que nous soyons testés d’une manière que nous n’avons pas été testée [depuis] longtemps. »

Ainsi, en plus d’être utilisée pour faire avancer les objectifs géostratégiques américains de longue date, apparemment cette guerre est également utilisée pour aiguiser les griffes de la machine de guerre impériale pour une guerre chaude imminente avec la Chine et/ou la Russie. 

Les États-Unis auraient certainement un avantage dans les essais militaires au fil des ans dans un tel conflit.

Soit dit en passant, il vaut probablement la peine de noter que tous les tests de la nouvelle technologie d’armement occidentale expliqueraient probablement les rapports des astronomes ukrainiens selon lesquels le ciel au-dessus de Kiev a été « grouillant d’objets volants non identifiés (OVNI) ».

L’ article  susmentionné du New York Times cite le vice-Premier ministre ukrainien Mykhailo Fedorov qui a déclaré que les essais d’armes qu’il a vus l’ont convaincu que « les guerres du futur concerneront un maximum de drones et un minimum d’humains ».

L’une des nombreuses raisons pour lesquelles les États-Unis et leur réseau complexe d’alliés, de partenaires et d’actifs mènent toujours autant de guerres est que les nouvelles technologies d’armement doivent être testées au combat avant de pouvoir être jugées efficaces.

En pratique, cela signifie utiliser des corps humains comme sujets de test, de la même manière qu’un scientifique utilise des rats de laboratoire ou des cobayes.

L’empire centralisé américain prétend se soucier de la vie des Ukrainiens, mais en réalité, il ne s’en soucie que dans la mesure où un chercheur se soucie de ses rats de laboratoire. Et pour exactement la même raison.

Quoi de plus sinistre que cela ? Eh bien, les agendas pour lesquels ils exécutent ces tests en guise de préparation, je suppose.

source : Bruno Bertez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s