Le « blocage culturel » conduit à l’escalade en Ukraine (et au risque d’une troisième guerre mondiale)

image_pdf
image_print

par Alastair Crooke

Les véritables intérêts de Washington en Ukraine doivent être compris non pas comme une guerre de valeurs mais plutôt comme un missile de croisière lancé sur la Chine, et non sur la Russie.

Le problème est là : Premièrement, l’UE a perdu la Russie comme partenaire, mais elle insiste pour maintenir le commerce avec la Chine. Deuxièmement, la Chine, elle, doit se plier aux « règles » de l’UE sur la façon dont elle configure son économie. Troisièmement, la Chine aussi doit accepter d’être « fustigée » par des gens comme Olaf Scholtz et Charles Michel pour « ne pas avoir mis fin à la guerre illégale de la Russie en Ukraine ». Quatrièmement, nous, l’UE, n’avons de toute façon pas l’intention de dépendre de vous. Et cinquièmement, mettez de l’ordre dans vos violations des droits de l’homme !

Wow ! Eh bien, la première réaction pourrait être un retour à l’Académie sur l’art du discours diplomatique, comme étant une idée. Néanmoins, le nombre impressionnant de non sequiturs de cette position est surprenant. Tout d’abord, le reste du monde ne s’intéresse pas vraiment au code de la pensée des dirigeants de l’UE (les Chinois ont tout simplement annulé le discours que devait prononcer le chef de l’UE Michel lors d’une réunion à Pékin). L’Europe a perdu la Russie ; elle perdra probablement la Chine. Et elle se retrouvera probablement exclue de la colossale zone de libre-échange qui se développe en Eurasie, à mesure que les blocs se différencient en sphères commerciales distinctes.

Qu’en est-il de l’ambition bruyante de l’UE de devenir un acteur mondial ? … Peut-être que la culture du code de pensée de l’UE pourrait être le problème de ses ambitions.

Vous (l’UE) n’avez pas réfléchi : vous êtes maintenant un appendice dépendant de l’économie américaine – un accessoire pour maintenir la place exaltée des États-Unis dans le système mondial – à un moment où son modèle économique prédateur d’impression de monnaie à taux zéro a été percé par un iceberg (connu sous le nom d’inflation accélérée). L’industrie américaine a besoin d’un marché captif dans un monde qui se sépare rapidement en deux sphères distinctes. Vous avez été « élu » pour remplir ce rôle.

Contenir la Chine est l’objectif explicite de l’Amérique. Et cela signifie empêcher le continent européen de se rapprocher de l’Asie pour former la plus grande zone de libre-échange du monde. Washington a dû empêcher cela (c’est-à-dire saboter Nord Stream) afin de préserver l’Europe en tant que marché captif, et ce qui reste du « privilège » du dollar.

En tant que dépendance américaine, l’Europe est perçue comme ayant cédé non seulement son pouvoir économique, mais aussi son pouvoir politique. En d’autres termes, l’UE a perdu son modèle commercial d’énergie bon marché avec les codes de pensée et de parole « Je suis solidaire de l’Ukraine », et elle se trouve maintenant impuissante sur le plan politique. Pourquoi les « autres » traiteraient-ils avec les courtisans, alors qu’ils peuvent s’adresser directement au « commandement » à Washington ?

En outre, le blocage culturel adopté par l’UE l’empêche de mettre un terme politique à la guerre en Ukraine. Au contraire, elle ne fait qu’encourager l’escalade.

Voilà le problème : vous avez adhéré à l’idée de l’Amérique libérale d’un processus coercitif de dysfonctionnement gouvernemental induit – c’est-à-dire l’état de psychose de masse que tout état dysfonctionnel de société militarisé peut produire. Et cela a été un succès (dans ses propres termes étroits).

Le message plus important est que la « dysfonctionnalité induite » marchant au pas de course, et utilisant des tactiques de blocage culturel pour supprimer toute opinion dissidente, peut produire et produit une société qui peut être gouvernée (rendue docile par le désagrément et la douleur appliquée) – sans avoir à gouverner (c’est-à-dire à faire fonctionner les choses).

Et la conformité induite a prouvé son utilité pour mettre en œuvre toutes sortes d’autres schémas idéologiques que le public n’accepterait jamais autrement.

La dysfonctionnalité armée a été testée lors de la récente pandémie. Le public a été persuadé d’accepter la dégradation systémique de l’économie. Les dirigeants occidentaux se sont régulièrement déclarés agréablement surpris du degré de conformité du public atteint pendant les confinements. Bien sûr, cela n’a été possible que grâce aux « foules en colère » qui, sur les plateformes sociales, ont mis en doute les motivations de quiconque remettait en question « la science », l’ampleur de l’urgence ou les effets toxiques à long terme sur l’économie réelle. Un barrage culturel a été imposé.

Le même processus est évident aujourd’hui : L’UE se trouve dans une (autre) « situation d’urgence » parce qu’elle a fait une erreur de jugement stratégique concernant ses sanctions contre la Russie. La classe politique pensait que les effets des sanctions de l’UE sur la Russie offraient un résultat « sans appel » : La Russie plierait en quelques semaines, et tout redeviendrait comme avant. L’énergie circulerait à nouveau librement dans l’UE et les choses reviendraient à la « normale ».

Au lieu de cela, l’Europe est confrontée à un effondrement économique dû aux coûts astronomiques du carburant.

Pourtant, certains dirigeants européens – des zélateurs de la transition écologique – acceptent tranquillement cet « échec » des sanctions et le chaos économique qui en résulte, causé par la flambée des prix de l’énergie, et en font un atout stratégique pour accélérer la transition écologique. Les autorités européennes encouragent activement cette approche pathologique, croyant que la douleur encourue forcera leurs sociétés à se conformer à la désindustrialisation, à accepter le contrôle de l’empreinte carbone et la transition verte ; et aussi, à supporter les coûts monumentaux futurs de la transition.

Yellen a explicitement célébré la douleur (le dysfonctionnement) financière précisément comme servant à accélérer « la transition » (qu’on le veuille ou non) – même si cela devait pousser le citoyen hors de l’emploi, et au bord de la société.

Voici donc le problème : certains membres de la classe politique de l’UE peuvent espérer une intensification de la guerre contre la Russie, y voyant toutes sortes d’avantages – en étendant le contrôle centralisé sur les États membres et en facilitant de nouveaux moyens d’imprimer de l’argent (instruments de dette mutualisés) apparemment pour financer l’Ukraine.

Bien sûr, mais on craint aussi un effondrement de la société en Europe. Le problème ? L’UE ne peut pas amener l’Ukraine à un accord.

Le problème, c’est que l’UE a formulé le conflit ukrainien en termes de victime absolue, conformément aux tropes culturels de l’Occident : Un dirigeant russe revanchard, rêvant d’un ancien empire, a envahi illégalement et sans provocation le territoire de son voisin et s’en est emparé, tout en commettant d’odieux crimes de guerre. L’auteur de ces crimes doit subir une défaite humiliante – sinon, s’il obtient un pouce, il prendra un kilomètre. Et l’ordre mondial sera « grillé ».

La « foule en ligne » a été dirigée, par l’intermédiaire d’« influenceurs », pour insister sur le fait que le soutien du Camp Réaliste américain à un règlement négocié équivaut à prendre le parti de la Russie : elle s’est empressée de dénoncer toutes les voix – du célèbre télégramme de 2008 de Bill Burns (alors ambassadeur des États-Unis et aujourd’hui chef de la CIA) « Niet means Niet » avertissant que toute prise de contrôle de l’Ukraine par l’OTAN est synonyme de guerre, aux professeurs Mearsheimer, Kissinger ou Elon Musk – comme de dangereux « apologistes de Poutine ». Musk fait maintenant l’objet d’une enquête de sécurité.

La logique est implacable : la fenêtre d’Overton se réduit à ceux qui prônent la défaite totale de la Russie et la fin du « régime » de Poutine, même si cela risque de provoquer une troisième guerre mondiale. C’est la position privilégiée par les néo-conservateurs américains et européens.

Washington affirme donc qu’il n’a pas d’intérêt en soi en Ukraine, si ce n’est de soutenir Kiev dans la récupération de son territoire. L’administration Biden affirme qu’elle est guidée par les souhaits du peuple ukrainien.

Ne voyez-vous toujours pas le problème auquel cette logique nous mène ? C’est une position de village Potemkine. Tout est façade et rien n’est derrière ou autour. Le conflit en Ukraine n’est pas en soi « une chose unique », mais une « chose » à deux volets. À un niveau, l’Ukraine est un « État » parmi les États environnants ; à un autre niveau, elle est elle-même un acteur. Un « acteur des événements » – un propriétaire, en fait, d’une certaine histoire.

Ce que fait « l’approche » Potemkine, c’est libérer artificiellement une sorte de « clairière dans le bois » abstraite au milieu de la densité des arbres, dans laquelle la chose visible – l’Ukraine – doit être positionnée, et placée devant le public occidental, dépouillée du contexte environnant, dépouillée de l’histoire et du fait qu’elle est un acteur conscient dans un drame étendu.

Les réalistes ont vu leur culture bloquée. Leurs motivations ont été mises en doute.

Le titre de cette pièce – « Les États-Unis n’ont pas d’intérêts fondamentaux en Ukraine, et ne sont qu’un innocent, appelé sur la scène par un acte de méchanceté brutale » – est une fraude évidente. Tout comme le corollaire selon lequel l’UE doit donc soutenir la « guerre » puisque l’Ukraine est une victime.

En clair, les États-Unis poursuivent une stratégie géopolitique bipartisane visant à contrer l’ascension fulgurante de la Chine et à préserver le rôle dominant de l’Amérique dans l’ordre mondial. Peut-il y avoir le moindre doute à ce sujet ? Non, aucun. Depuis deux décennies, la politique étrangère des États-Unis s’articule autour de son « pivot vers l’Asie ».

Les véritables intérêts de Washington en Ukraine doivent donc être compris non pas comme une guerre de valeurs – comme le prétend l’UE – mais plutôt comme un missile de croisière lancé vers la Chine, et non la Russie. En résumé, la « voie royale » vers l’effondrement de Pékin est perçue à Washington comme passant par un Moscou affaibli. La réponse de l’OTAN à l’Ukraine est conçue comme une « lettre » à la Chine, concernant Taïwan. Et les sanctions globales imposées à la Russie sont une missive adressée au reste du monde pour l’inviter à ne pas jouer avec la primauté absolue des États-Unis.

Mais si ce dernier contexte est absolument « hors sujet », par le biais du blocage culturel, et que le seul point à l’ordre du jour est la construction du simulacre de village Potemkine, alors de quoi peut-on parler ?

La question doit alors être inexorablement réglée par les événements, et non par les discussions. Qui a le potentiel pour une domination par escalade ? La Russie a de nombreuses – et diverses – options. L’Ukraine n’en a qu’une. Pousser davantage de troupes sur la ligne de contact et subir de lourdes pertes. Qu’est-ce que l’Occident a : LA TROISIÈME GUERRE MONDIALE ?

Vous comprenez maintenant pourquoi vos efforts de paix ont été vains ? En fait, le président Xi a expliqué la situation de manière courtoise, mais pointue, au chancelier Scholtz lors de son voyage d’une journée à Pékin : Après avoir fait la leçon à Scholz sur la qualité évanescente de la confiance dans toute relation politique (une qualité qui, selon Xi, doit être entretenue), il a souligné la nécessité pour l’Europe d’éviter une approche idéologique des relations.

Traduction approximative : Vous (Scholz) avez détruit votre relation avec la Russie ; vous avez poursuivi une politique idéologique orientée vers le bloc, et cela a été à votre désavantage. Ne pensez pas que vous pouvez faire de même avec la Chine.

(Ou avec le reste de l’Europe)

Alastair Crooke

source : Strategic Culture Foundation

traduction Réseau International

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s