Un ancien député australien avertit que 75% des femmes vaccinées au COVID-19 font des fausses couches

Le taux de fausses couches chez les femmes australiennes entièrement vaccinées contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19) est de 75 %, soit cinq fois plus que le taux de fausses couches de 15 % pour le reste de la population.

C’est ce qu’affirme l’ancien député George Christensen, qui a discuté de cette grave question lors d’une interview avec Alex Jones dans l’émission « The Alex Jones Show » d’InfoWars. (Related : Les décès dus au « COVID » atteignent un nouveau record en Australie hyper-vaccinée).

Selon Christensen, qui cite le Bureau australien des statistiques, il y a chaque mois environ 23 000 à 25 000 naissances. Mais ces données ne vont que jusqu’en octobre 2021. Depuis lors, le nombre d’enfants nés chaque mois est en baisse.

En novembre 2021, M. Christensen a noté que seulement 18 000 enfants environ étaient nés, soit une baisse de 25 %, puis en décembre de la même année, le nombre de naissances a encore chuté pour atteindre moins de 7 000. On trouve des chiffres tout aussi sombres pour les mois suivants, ce qui pourrait expliquer pourquoi le gouvernement australien a été réticent à publier les statistiques officielles de l’année dernière.

M. Christensen a même cité un médecin de sa connaissance qui travaille dans une clinique spécialisée dans la fertilité à Brisbane et qui a fait remarquer que le taux de base de fausses couches chez les femmes qui essaient de concevoir un enfant depuis plus de 12 mois est d’environ 13 à 15 %.

Mais lorsque le vaccin a commencé à être distribué, ce médecin a vu le taux de fausses couches passer d’environ 15 % à près de 50 %.

« Il a creusé les données un peu plus profondément … et ce qu’il a trouvé, c’est que, lorsqu’il a séparé les patientes vaccinées des patientes non vaccinées … parmi les non-vaccinées, le taux normal de fausses couches était de 15 % », a déclaré Christensen. « Parmi les femmes vaccinées, ce taux de fausses couches est passé à 75 %. »

La crise de l’infertilité touche aussi bien les femmes que les hommes
John Aitken, largement reconnu comme l’un des plus grands experts mondiaux en matière de biologie du sperme et de fécondation, a noté que l’Australie devient de plus en plus dépendante des thérapies de conception assistée, ce qui témoigne d’une crise majeure de la fertilité dans le pays.

M. Aitken a noté qu’environ 20 000 femmes australiennes au début de la quarantaine entreprennent chaque année une thérapie de fécondation in vitro (FIV), dont moins de cinq pour cent aboutissent à une grossesse.

Avant même de prendre en compte les vaccinations, M. Aitken a fait remarquer que l’un des principaux facteurs de la crise de l’infertilité est le fait que les femmes sont plus susceptibles de repousser le moment d’avoir des enfants jusqu’au début de la trentaine, voire jusqu’à la quarantaine. Il a ajouté que l’âge moyen des femmes fréquentant les cliniques de FIV est désormais de 37 ans.

« Nous pouvons faire beaucoup de choses dans la société industrialisée moderne, mais la seule chose que nous ne pouvons pas faire est de changer notre biologie, car nous cessons de nous reproduire au milieu de la vie », a déclaré Aitken. « Les gens laissent tout simplement trop tard pour avoir leur famille ».

Les hommes ont également du mal à mettre leur conjointe enceinte. En 2020, l’infertilité masculine était liée à l’échec d’environ un tiers de tous les cycles de FIV. Aucune analyse n’a été menée depuis, mais étant donné que moins de cinq pour cent de tous les cycles de FIV aboutissent à une grossesse, il est très probable que de plus en plus d’hommes deviennent infertiles à mesure que le vaccin COVID-19 devient plus répandu en Australie.

Sans changements significatifs, l’économie moderne du pays pourrait se diriger vers un « piège de l’infertilité », le taux de remplacement du pays étant artificiellement soutenu par des politiques d’immigration plus souples pour compenser le manque de natalité des citoyens.

« Nous devons nous réveiller à notre propre biologie », a déclaré Aitken. « C’est quelque chose qui ne peut pas être changé. Nous devons changer les structures sociales qui l’entourent plutôt que d’essayer de forcer l’inverse. »

D’autres récits sur les blessures et les décès liés aux vaccins sont disponibles sur VaccineHolocaust.org.

Regardez l’interview complète d’Alex Jones avec l’ancien député australien George Christensen concernant l’augmentation du taux de fausses couches chez les vaccinés.

Vidéo et sources

Watch Alex Jones’ full interview with former Australian MP George Christensen regarding the rise in miscarriage rates among the vaccinated.

https://www.brighteon.com/embed/b53f1962-f0a0-4b84-b94e-4523ec4d97bf

This video is from the InfoWars channel on Brighteon.com.

More related articles:

HOLOCAUST OF THE UNBORN: Babies are DYING because their mothers got “vaccinated” for COVID.

Military whistleblowers say cancer, miscarriages and heart disease all up 300% following COVID injection mandates.

COVID jabs destroy sperm motility, cause spontaneous abortions, damage women’s ovaries.

Study: Women are more likely to suffer from COVID-19 vaccine injuries than men.

FLORIDA OB/Gyn warns that infertility and miscarriages have spiked 50% since COVID-19 vaccine rollout.

Sources include:

Brighteon.com

TheAustralian.com.au

TheConversation.com

https://www.naturalnews.com/2022-11-11-75-percent-covid-vaccinated-women-experiencing-miscarriages.html

Un commentaire sur « Un ancien député australien avertit que 75% des femmes vaccinées au COVID-19 font des fausses couches »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s