Congrès du Forum Russie « Libre » en Pologne

par Mendelssohn Moses.

Jablonna, 4-8 novembre 2022 : dans la joie et la bonne humeur le gouvernement en exil russo-Yankee projette la guerre civile et la liquidation du président Poutine.

Prélude au bal polonais à Jablonna : Rapid Dragon

En Pologne, ça danse, et même beaucoup, et surtout au son du Big Band US – depuis l’Arctique cette fois, où tonnait le bourdonnement-mazurek des avions de combat pour le bal des estropiés dit Congrès du Forum Russie libre :

« Notre objectif avéré est d’être provocateurs, sans verser dans l’escalatoire » (sic) (we are intentionally trying to be provocatory without being escalatory -sic) dixit en Novlangue le Lt. Col. US Laurence Melnicoff à Stars & Stripes le 9 novembre, alors qu’un C-130 larguait un missile par parachute au dessus de l’Arctique. Première démonstration en Europe de Rapid Dragon, programme expérimental de largage air/surface de missiles Cruise1.

« Ces opérations sont en lien avec des plans de « scénario du pire », dans l’évènement où la Russie ciblerait des centres névralgiques militaires alliés en Europe », a encore déclaré Melnicoff, qui dirige Atreus pour SOCEUR. « Cela complique le processus de décision russe, car nous savons qu’ils ciblent les très, très grandes agrégations (sic) de puissance alliée … la base de Ramstein, RAF Lakenheath, etc. Mais nous sommes survivables (sic). Dans le pire des cas, celui où quelqu’un (sic) détruirait des centres névralgiques, nous serons en mesure de projeter le feu de l’artillerie de précision sur toute la profondeur de l’alliance avec nos partenaires ».

Provocateur, sans verser dans l’escalatoire, vous-dis je, où dans la joie et la bonne humeur le Lt. Col. Melnicoff ldébite le scénario rédigé par les siens : provoquer la Russie jusqu’à immoler l’Europe occidentale. Et les USA hurleront alors « Cry Havoc, and Let slip the Dogs of War » (Carnage ! Lâchez les chiens de guerre !).

Et leurs alliés polaco-Yankee se croient encore « survivable » ?

Seules des expressions fort anciennes comme Havoc ! Et Run Amok ! rendent toute la sauvagerie de la pensée anglo-saxonne actuelle.

Bal à Jablonna

Ainsi que nous venons de lire, les USA se frottent le mains devant la perspective d’une Russie provoquée jusqu’à bombarder de l’Allemagne et l’Angleterre (Lakenheath est un charmant village de Suffolk, habité depuis deux millénaires au bas mot et qui ne mérite pas un tel sort), afin qu’ils puissent s’amuser à riposter en chevauchant les ruines de l’Europe.

Mais cela ne suffit pas à décourager les Polonais, illuminés vivant dans l’illusion du « survivable » (sic). Du 4 au 8 novembre, ils ont donc accueilli le Congrès Russie Libre, émanation du Forum Russie Libre et composé d’oligarques russes qui, éloignés par l’exil de l’assiette au beurre, prônent l’assassinat du président russe et la guerre civile en leur patrie. Alors que la Russie a toujours son ambassade en Pologne – quoi que2.

Vue l’indigence de la presse française, c’est par la presse allemande surtout3 que l’on en apprend un peu sur le conciliabule qui vient de se tenir à huis clos dans le si riant hameau de Jablonna-près Varsovie qui en 1989, avait accueilli les pourparlers pré-électoraux de Solidarnosc.

Selon Jens Matter dans la revue en-ligne « Heise », ce sont une soixantaine d’ex-parlementaires, fonctionnaires défroqués et politicards russes, s’imaginant déjà régnant sur les décombres de la Russie, qui s’y seraient réunis en « Gouvernement en exil » sous la houlette d’Ilya Ponomarev, ex-député russe, désormais citoyen ukrainien.

Qui est Ilya Ponomarev ? Fils de notables communistes, élevé dans la soie, Ponomarev est vraisemblablement au moins depuis le coup d’État du Maïdan membre du clan Vicki Nuland, puisqu’en 2014 il avait été le seul député de la Douma à s’être opposé au retour de la Crimée à la Russie. Ex-vice-président de Yukos Oil, accusé de malversations diverses, en 2016 Ponomarev a préféré décamper là où la fortune sourit aux corrompus : l’Ukraine, depuis lequel pays il téléguide son parti virtuel, « Russie de la justice ».

En lien, l’interview où il proclame avec l’impudique sadisme qui lui est coutumier, sa proximité à une Armée nationale républicaine qu’il dit responsable de l’assassinat de Mlle Daria Dugina en août 20224.

Suite à ces déclarations du mois d’août, Gary Kasparov et Mikaïl Chordokowski auraient désinvité Ponomarev aux festivités de Forum Russie Libre à Vilnius en septembre. Toujours est-il que le Forum Russie Libre maintient une liste très particulière « Spisok Putina » (la Liste de Poutine) qui semblerait être une variante de la notoire liste otanienne Myrotvorets5. 1164 personnes supposés proches des « crimes du pouvoir russe » y figurent déjà. Pour Spisok Putina :

« Notre base de données ne remplace pas les travaux des forces de l’ordre, mais considère (syntaxe anglaise aléatoire – sic), cela nécessaire car en l’absence de tribunaux indépendants en Russie. Nous recueillons et systématisations des données sur les crimes (…) la base sera une ressource pour la campagne à venir de lustration et de diffamation (sic) publique de ceux responsables de la destruction des libertés en Russie. Spisok Putina est tenue par des volontaires et fait usage d’informations de source ouverte et autre. »

Que Ponomarev, ce fond-de-cuve, ait pu traverser la frontière polonaise sans s’y faire arrêter pour apologie et complicité de terrorisme, en dit long sur le gouvernement Yankee-polonais actuel.

Si aucun représentant officiel n’a cru bon se montrer – du moins publiquement – lors du Congrès Russie Libre et si, par ailleurs, les noms de tous les participants n’ont pas été publiés, l’ancien directeur de la Banque nationale et ministre des Finances Leszek Balcerowicz, plus influent que tout ministre, participait aux côtés d’Adam Michnik, fondateur de Gazeta Wyborcza, dont le père était le Premier secrétaire du Parti communiste d’Ukraine occidentale.

S’il existe quelqu’un de plus Atlantiste que Leszek Balcerowicz, qu’il lève la main.

Membre du Conseil consultatif, European Systemic Risk Board,

Membre du Groupe de 30, Washington6 (financiers),

Membre du Conseil, Peterson Institute, Washington7

Membre du Conseil, Bruegel8, think tank financer bruxellois

Fellow, Collegium Invisibile (bizarre côterie académique arborant d’énigmatiques symboles),

Distinguished Associate, International Atlantic Economic Society9.

Autre lumineuse personnalité assistant au Congrès Russie Libre, l’avocat radié Mark Feygin, ancien défenseur du groupe punk-féminard Pussy Riot10. Selon Newsweek11 Feygin vit actuellement en exil en France (Merci Macron ?). La lecture de ce bref entretien12 permettra au lecteur d’évaluer le niveau de sa pensée stratégique.

Au complaisant agent de Newsweek, Feygin explique compter, pour renverser Vladimir Poutine, sur le soutien de l’oligarchie locale à laquelle il tend la perche : si l’élite russe joue le jeu de l’OTAN, « ce sera la solution la plus confortable pour elle … ces gens pourront continuer à s’accrocher au pouvoir (sic) .. avec le minimum d’impact sur leur standing, leur position et leur rang dans la hiérarchie ».. La soupe est servie ?

Ne maîtrisant pas la langue polonaise, nous avons appris de la revue Heise que selon le journal Rzeczpospolita, le Congrès Russie Libre aurait rédigé une « Déclaration concernant les principes pour une Constitution de la Russie libre », ainsi que des lois censés entrer en vigueur après l’élimination de son président V. Poutine.

Plus dans leurs cordes, les débats sur la lutte armée contre les gaullistes, pardon, « poutiniens » en Russie,débats qui ont cependant conduit certains participants à quitter les lieux du congrès ; il a été aussi question de mettre en œuvre en Russie une Loi de lustration, sur le modèle de celle adoptée en Ukraine pour « purifier » l’administration de partisans de l’ex-président Yanoukovitch (800 fonctionnaires « lustrés » entre 2014 et 2015), loi dénoncée par le procureur général d’Ukraine Yarema en 2014 comme violation de la Constitution. Toujours selon la revue Heise, le site Web associé du « Congrès des députés du peuple »13 fait référence à la Convention de La Haye de 1907 pour justifier la révolte armée contre le « régime » russe actuel.

Ponomarev souhaiterait que l’Ukraine reconnaisse le Forum Russie Libre comme gouvernement en exil, ouvrant ainsi un boulevard aux autres états européens.

Pour aller plus loin

• http://futuredefensevisions.blogspot.com (page mise à jour des interventions du Colonel Douglas Macgregor)
• https://multipolar-magazin.de/ukraine-konflikt-volkerrecht. La position en droit international.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s