NBC admet que les démocrates sont les premiers à nier les élections Dans un revirement surprenant, le réseau de médias grand public (MSM) NBC a admis que les démocrates sont les premiers à nier les élections. Le média, ainsi que d’autres chaînes MSM, avaient précédemment accusé les Républicains de la même chose.

Image: NBC admits Democrats are the original ELECTION DENIERS

Un article d’opinion de l’auteur Lev Golinkin, publié le 7 novembre sur le site Web de NBC News, s’est étendu sur cette affirmation. Il a évoqué la façon dont les démocrates ont refusé d’accepter les résultats des élections présidentielles de 2016, remportées par l’ancien président Donald Trump.

« Les démocrates doivent être honnêtes quant aux conséquences de leurs actions après l’élection de 2016 », a écrit Golinkin.

« La mendicité de Trump est sans doute le deuxième grand mensonge. Quatre ans plus tôt, la campagne d’Hillary Clinton et les principaux démocrates ont refusé de reconnaître le résultat de l’élection de 2016 en affirmant que Trump n’était pas un président légitime. »

Le refus de reconnaître la victoire de Trump a commencé tôt, puisque Clinton a refusé de prononcer un discours de concession le soir de l’élection et a plutôt attendu le lendemain matin. À ce moment-là, sa campagne était déjà en train de formuler une stratégie pour mettre en doute la légitimité de Trump.

Selon Golinkin, la candidate démocrate déchue « n’a pas hésité à se décharger de la responsabilité de sa défaite catastrophique. » L’ancienne Première dame a blâmé le sénateur Bernie Sanders (I-VT), l’ancien président Barack Obama, l’ancienne candidate du Parti vert à la présidentielle Jill Stein, le MSM, le racisme, le sexisme et même les femmes. « Mais tout cela était secondaire par rapport au récit primordial – que Trump était un ‘président illégitime' », a déclaré l’auteur.

Brighteon.TV
L’éditorial de NBC a mentionné que Clinton n’était pas la seule à condamner les résultats de l’élection de 2016. D’éminents démocrates ont également rejoint l’ancienne secrétaire d’État pour nier la victoire de Trump.

« Il a perdu l’élection et il a été mis en fonction parce que les Russes ont interféré en son nom », a déclaré l’ancien président Jimmy Carter en 2019, en faisant référence à Trump.

« Je ne vois pas Trump comme un président légitime », a remarqué le défunt représentant de la Géorgie John Lewis en 2017, trois ans avant sa mort en 2020. « Je pense que les Russes ont participé à aider cet homme à être élu ».

Hillary Clinton nie désormais les résultats des FUTURES élections.
Une vidéo postée sur les médias sociaux avant les midterms n’a fait que renforcer le déni continu de la candidate ratée à la présidence concernant les résultats des élections – même si elles n’ont pas encore eu lieu.

Dans une vidéo publiée sur Twitter par l’organisation de base Indivisible Guide, l’ancienne première dame a averti que « les extrémistes de droite ont déjà un plan pour littéralement voler l’élection présidentielle » en 2024. Elle a donc appelé ses partisans à « combattre les républicains MAGA au niveau de l’État. » (Related : Hillary Clinton dément déjà les résultats de l’élection présidentielle de 2024).

Mme Clinton a prévenu que la « Cour suprême contrôlée par la droite » finirait par accorder aux législatures des États le pouvoir d’annuler les élections présidentielles. Soit dit en passant, de nombreuses législatures d’État ont une majorité républicaine.

« Si cela se produit, l’élection présidentielle de 2024 sera décidée, non pas par le vote populaire ou même par l’anachronique Collège électoral, mais par les législatures des États », a-t-elle déclaré.

Clinton a ensuite exhorté ses partisans à faire des dons à sa campagne « écraser le coup d’État » « pour aider à défendre la démocratie », car « cela ne pourrait pas être plus important ou plus urgent. »

Avant de nier la victoire de Trump en 2016, l’ancienne Première dame avait également critiqué les résultats des élections présidentielles de 2000 et 2004 – remportées par l’ancien président George W. Bush. En 2000, elle a fait remarquer que le jeune Bush avait été « sélectionné, pas élu ». En 2005, Mme Clinton a fait remarquer qu’il y avait « de nombreuses questions légitimes » concernant l’élection de l’année précédente.

M. Golinkin a finalement déploré que Mme Clinton et les principaux démocrates « étaient censés être les adultes dans la salle, ceux qui plaçaient la démocratie au-dessus de tout ». Malheureusement, ils ont « gravement échoué » et ce faux pas est maintenant utilisé par le GOP avec « un effet dévastateur ».

« Tant que nous ne reconnaîtrons pas sincèrement nos erreurs, toute tentative de rassurer les électeurs sur l’intégrité des élections ne sera rien d’autre que de l’hypocrisie », a-t-il conclu.

Regardez ce reportage de MSNBC sur les démocrates et le reste de la gauche qui veulent criminaliser le déni des élections.

liens vidéo sources en bleu

This video is from the NewsClips channel on Brighteon.com.

More related stories:

When Hillary Clinton claimed Trump ‘stole’ the election and was ‘illegitimate,’ Dems cheered; now Biden calls election doubters ‘enemies of the state.’

When Democrats fight the results of elections it’s “patriotic” but when the GOP does, suddenly it’s “treason.”

How can honest Americans have any faith in elections when Democrats REFUSE to play by the rules?

Washington Post pretends questioning the election results is same as denying the Holocaust.

Sources include:

InfoWars.com

NBCNews.com

En-Volve.com

Brighteon.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s