Les syndicats médicaux australiens s’opposent à un amendement qui vise à punir les médecins qui contestent les arguments du gouvernement.

Les syndicats médicaux australiens qui ne sont pas liés à l’establishment le plus important s’opposent au dernier amendement à la loi nationale sur la réglementation des praticiens de la santé (HPRNL) du pays. Cet amendement permettrait aux autorités du pays de sanctionner les médecins qui « présentent un risque pour les patients ou le grand public ».

Dans une déclaration au Parlement du Queensland, l’Australian Medical Professionals Society (AMPS) et la Nurses’ Professional Association of Australia (NPAA) ont critiqué le nouvel amendement. Elles ont fait remarquer qu’il comprend un langage trop large, et ont mis en garde contre son potentiel d’être utilisé pour supprimer les « voix des experts qui souhaitent corriger les autorités sanitaires. »

« L’idée que la non-conformité aux décrets gouvernementaux pose un risque immédiat pour la sécurité des patients est dangereuse pour les soins aux patients fondés sur des preuves », ont déclaré les deux syndicats. « Nous ne pensons pas que les notes explicatives apportent une quelconque clarté quant à l’approche fondée sur le risque à utiliser pour interpréter ‘la santé, la sécurité et la confiance du public’. »

La déclaration a également souligné que le RAAP ne peut pas soutenir la pratique consistant à nommer et à blâmer publiquement les praticiens qui présentent un risque pour la sécurité publique, sans définir comment le risque doit être interprété. Elle mentionne également que les professionnels de santé pourraient subir des dommages financiers et de réputation suite à une enquête. Le nouvel amendement à la loi sur la protection de la santé publique inscrit effectivement cette pratique dans la loi.

Le nouvel amendement – qui entrera en vigueur dans tous les États australiens – donnera aux régulateurs des pouvoirs supplémentaires pour répondre aux « risques pour la sécurité publique » et prendre des mesures contre les personnes qui contredisent les lois de protection publique, comme indiqué dans les notes explicatives du projet de loi.

En outre, les employeurs seront obligés d’informer l’organisme de santé qui les régit si un praticien a eu un comportement réputé « présenter un risque pour les patients ou le public » et si cette personne a été sanctionnée. Ces sanctions impliquent « le retrait ou la restriction des privilèges cliniques du praticien dans un hôpital parce que l’employeur a des raisons de croire que le public risque de subir un préjudice du fait que le praticien s’est considérablement écarté des normes professionnelles acceptées. » (Voir aussi : TYRANNIE médicale : Si vous remettez en question les vaccins en Australie, vous pouvez être jeté en prison pendant 10 ANS).

Le HPRNL a été utilisé pendant la pandémie de coronavirus de Wuhan (COVID-19) pour pénaliser les médecins qui refusaient les mesures de confinement ou les mandats imposés par le gouvernement.

L’adoption de l’amendement marque « la fin de la médecine et la mort de la science ».
Selon les deux syndicats, la « nature large et discrétionnaire » de termes tels que « sécurité et confiance du public » est déjà un outil utilisé pour contraindre les professionnels de la santé à suivre les mandats gouvernementaux.

Tous les praticiens de la santé dans le Land Down Under sont administrés par 15 conseils nationaux. Ces conseils font ensuite rapport à l’Australian Health Practitioner Regulation Agency (AHPRA), qui fait office d’organisme d’accréditation supérieur, et travaillent avec elle.

L’AHPRA et les conseils qui en dépendent ont fait la une des journaux au début de la pandémie pour avoir suspendu de nombreux professionnels de la santé qui contestaient les restrictions soutenues par le gouvernement, les mandats de vaccination et l’efficacité des injections de COVID-19. Le Dr Paul Oosterhuis est l’un de ces professionnels qui s’est retrouvé suspendu en septembre 2021 à la suite de deux « plaintes anonymes » concernant son activité sur les médias sociaux. L’anesthésiste de 30 ans a admis avoir posté du contenu sur les premiers traitements COVID-19 et son scepticisme à l’égard des tests PCR et des verrouillages.

Dans un article du Spectator Australia, la secrétaire de l’AMPS, Kara Thomas, a critiqué l’amendement qui permet aux bureaucrates de nommer et de faire honte aux médecins. Si l’amendement devient une loi, elle a averti qu’il légiférera la censure médicale nationale comme un moyen d’assurer la confiance du public dans les services de santé du gouvernement.

« Si ce projet de loi est adopté à l’échelle nationale et que le gouvernement devient l’autorité unique pour tous les conseils en matière de santé, alors la conformité sans discussion devient la nouvelle norme acceptée de bonne pratique médicale. C’est la fin de la médecine et la mort de la science », explique Thomas. « Le ministère de la Vérité de George Orwell est arrivé. La confiance du public dans les politiciens et leurs bureaucrates ne devrait jamais se faire au détriment du droit des gens à un accès complet, libre et sans entrave aux preuves scientifiques et aux nouvelles données. »

Suivez HealthFreedom.news pour plus d’informations sur la lutte contre la tyrannie médicale.

Regardez la vidéo ci-dessous pour en savoir plus sur la tyrannie médicale qui sévit en Australie.

vidéo sources liens ici en bleu ….

Watch the video below to know more about the medical tyranny happening in Australia.

https://www.brighteon.com/embed/f0a71d2d-48aa-495b-b4f4-2cc1429e5254

This video is from The Kokoda Kid channel on Brighteon.com.

More related stories:

Oregon doctor files $35 million defamation lawsuit against members of state medical board.

Doctors dispute California law authorizing state medical board to revoke licenses of those challenging COVID-19 narrative.

STUDY: Doctors skeptical of vaccine safety face suppression, discrimination across medical field.

Sources include:

TheEpochTimes.com

Spectator.com

Brighteon.com

https://www.naturalnews.com/2022-11-09-medical-unions-australia-push-back-hprnl-amendment.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s