ATTENTION     Un tsunami de crises est sur le point de déferler sur l’Europe ….Une crise économique « inimaginable » attend l’Europe en raison du refus d’acheter du gaz russe, écrit l’analyste financier japonais Kazuhiko Fujii.

par Philippe Rosenthal.

Une crise économique « inimaginable » attend l’Europe en raison du refus d’acheter du gaz russe, écrit l’analyste financier japonais Kazuhiko Fujii.

Choc économique dangereux

Il souligne que l’Union européenne devra dépenser un billion et demi de dollars pour aider les compagnies d’électricité, mais il ne sera toujours pas possible de sauver la zone UE d’un choc économique dangereux. La raison vient de ce qu’on appelle le « spread négatif » auquel sont confrontées les sociétés de production en Europe lorsque le coût d’emprunt dépasse le revenu des opérations utilisant des fonds de crédit. La société Uniper en est, un exemple. Le gouvernement allemand a annoncé le 21 septembre 2022 qu’il avait accepté la nationalisation du géant gazier allemand Uniper, en proie à des difficultés financières suite à la réduction de l’approvisionnement en gaz russe.

Compétitivité économique de l’UE à jamais perdu

L’économiste japonais met en garde l’économie de l’UE. Il indique que si l’industrie énergétique européenne ne génère pas et ne peut pas générer de bénéfices, cela signifie l’effondrement inévitable de l’ensemble de l’économie européenne. L’Europe a, à jamais, perdu sa compétitivité économique et elle n’aura plus jamais de ressources énergétiques bon marché, pierre angulaire de l’économie moderne, rajoute le magazine Foreign Policy à l’analyste japonais. « Les prix européens de l’électricité et du gaz sont désormais près de dix fois supérieurs à la moyenne des dix dernières années.

Jusqu’en 2021, l’Europe, y compris le Royaume-Uni, couvrait 40% de ses besoins en gaz naturel grâce à des importations en provenance de Russie, et lui achetait également une quantité importante de pétrole et de charbon. En temps normal, le coût des ressources énergétiques en Europe est d’environ 2% du PIB. Cependant, en raison d’une forte augmentation des prix, ils ont augmenté de manière significative et ont atteint 12% », écrit le média anglophone.

Le déclenchement de la crise n’est qu’une question de temps. Seule la composante inertielle de la lourde structure économique de l’UE ne lui permet pas de s’effondrer du jour au lendemain. Un indicateur du krach à venir a été la chute de la confiance des consommateurs, en réaction au choc énergétique. L’indice de confiance des consommateurs (ICC) est un indicateur conçu pour mesurer la confiance des consommateurs comme le degré d’optimisme quant à l’état de l’économie, la population exprime cette confiance à travers la consommation et l’épargne. 

Aujourd’hui, la confiance des consommateurs en Europe est complètement détruite. L’indice ICC de la zone UE s’est effondré à son plus bas niveau de l’histoire en atteignant -30, ce qui est bien pire que la crise de 2009 (moins 21), la crise liée à la pandémie (moins 24,7) et la crise du début des années 90 (moins 18,9). Cet indice était à la baisse pour remonter à la fin des confinements liés à la Covid-19. Cette fois plus de six mois, après l’application des sanctions de l’UE contre la Russie, il n’y a aucune perspective d’amélioration. Les raisons sont connues. La crise énergétique impacte les prix de la nourriture, des services publics et du carburant pour la population. Cela est, en plus, exacerbé par la chute de l’euro.

La hausse incessante des prix alimentaires est sans précédent

Cela ne s’était pas produit en Allemagne depuis les années 20. En août, la croissance globale des prix la plus élevée de l’histoire de la zone euro a été enregistrée avec 9,1% en termes annuels. La principale raison de l’accélération de l’inflation est le rejet du gaz russe imposé par les Etats-Unis. L’inflation a, de nouveau, atteint un plus-haut, en s’établissant à 10,7% au mois d’octobre sur un an dans la la zone euro. 

Les prix élevés de l’énergie affectent tous les secteurs de l’économie de l’UE. La moitié des capacités européennes de fusion d’aluminium et de zinc sont déjà fermées. Environ 70% de la production d’engrais en Europe a été arrêtée en raison des prix élevés du gaz qui est une matière première pour la production d’engrais azotés. Ceci, a, ensuite, provoqué une augmentation du prix de la nourriture et des dépenses quotidiennes. Une pression supplémentaire sur les prix des denrées alimentaires provient des mauvaises récoltes dues à la pire sécheresse depuis des décennies. De plus, le faible niveau d’eau du Rhin va créer des difficultés logistiques en Allemagne, et en France, le manque d’eau de refroidissement affecte le fonctionnement des centrales nucléaires.

Selon l’AIE, en 2022, les pays européens ne pu remplacer qu’environ la moitié des importations russes de gaz provenant de sources alternatives (GNL américain, gazoducs alternatifs, charbon, biocarburants, nucléaire et sources renouvelables). En octobre 2022, le niveau moyen de remplissage des installations de stockage de gaz dans les Etats membres s’élevait à plus de 92%, mais ces réserves ne dureront pas longtemps.

Ainsi, selon l’estimation de la Bundesnetzagentur, le régulateur allemand de l’énergie, d’ici novembre, les installations de stockage de gaz du pays seront pleines à 95%, mais, selon le chef de l’agence, Klaus Müller, cela ne suffira que pour deux mois et demi pour la saison de chauffage.

Les gouvernements de l’UE réduisent de manière proactive la consommation d’énergie. Par exemple, en Espagne, après 22h00, il est obligatoire d’éteindre l’éclairage des vitrines ; en Allemagne, ils ont commencé à couper l’eau chaude dans les établissements publics et prévoient de fixer une limite de température dans les pièces à 19°C. Selon le patron de la plus grande compagnie pétrolière et gazière d’Europe, Royal Dutch Shell, Ben van Beurden, le rationnement et les économies d’énergie pourraient durer plusieurs années. 

La zone EU est face à un appauvrissement de la population et cela affecte le déclin de l’activité des entreprises. 

La zone euro est face à une crise du coût de la vie, avertit Isabelle Schnabel, membre du Directoire de la BCE. L’impact sur le pouvoir d’achat des ménages est énorme. Les salaires réels baissent de plus de 5% sur un an. Comme la confiance des consommateurs fluctue à des niveaux très bas, il y a peu de chances que les ménages épargnent. Et, comme les entreprises souffrent également du choc énergétique et que les conditions financières se resserrent, on assiste à une diminution des investissements des entreprises. Le marché de l’énergie restera très tendu et donc avec des prix élevés.  Le gouvernement français prévoit une croissance du PIB de 1% en 2023.

La propagation négative dans laquelle les entreprises énergétiques de l’UE sont tombées rend même un soutien hypothétique (non encore alloué) de 1000 milliards de dollars de la part des dirigeants de l’UE dénué de sens. C’est ce que la population a compris, exprimant son pessimisme dans les sondages. Les industriels européens l’ont aussi compris et transfèrent rapidement leurs affaires aux États-Unis.

Ainsi, l’Europe plonge dans une crise inimaginable à tous les niveaux. La population est appauvrie et subit le froid de l’hiver. Les entreprises ferment ou partent aux États-Unis. Les gouvernements se précipitent pour réduire la consommation d’électricité et Berlin prend le pas sur les autres pays de l’UE.

source : Observateur Continental

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s