Les chercheurs trouvent des dizaines de peptides de venin dans le plasma sanguin et les échantillons de matières fécales des patients atteints du COVID-19, CONFIRMANT le lien entre les toxines et le covidien….de pire en pire

Des chercheurs européens ont confirmé que le plasma, l’urine et les matières fécales des personnes dont le test est « positif » au coronavirus de Wuhan (Covid-19) contiennent des « peptides de type toxine » qui sont « presque identiques » à ceux que l’on trouve dans le venin de serpent et d’autres animaux.

Des échantillons de chacun de ces fluides ont été prélevés chez des « patients covidés » et leur composition a été testée. L’objectif déclaré de cette recherche était d’identifier le mécanisme d’infection du virus chinois, qui reste en grande partie un mystère.

Pour les tests sur le plasma, les chercheurs ont utilisé une procédure de préparation par précipitation des protéines pour éliminer les protéines de poids moléculaire élevé tout en solubilisant efficacement la fraction peptidique. Pour les fèces et l’urine, ils ont utilisé une méthode de solubilisation directe des peptides.

Après examen, il a été déterminé que les échantillons contenaient divers niveaux de composants de venin tels que des conotoxines, des phospholipases, des phosphodiestérases, des protéinases à base de zinc métallique et des bradykinines.

« La présence de peptides de type toxine pourrait potentiellement être liée à l’infection par le SRAS-CoV-2 », explique l’étude.

« Leur présence suggère une association possible entre la maladie COVID-19 et la libération dans l’organisme d'(oligo-)peptides presque identiques aux composants toxiques des venins d’animaux. »

Les chercheurs expliquent ensuite que ces toxines sont associées à « un large ensemble de manifestations cliniques extra-pulmonaires hétérogènes du COVID-19 », dont « des manifestations neurologiques » ainsi que des manifestations hémorragiques et thrombotiques.

« Bien que la présence de chaque symptôme individuel ne soit pas sélective de la maladie, leur combinaison pourrait être liée au COVID-19 par la coexistence du panel de peptides de type toxine détectés ici », conclut l’étude.

Brighteon.TV
« La présence de ces peptides ouvre de nouveaux scénarios sur [l’étiologie] des symptômes cliniques du COVID-19 observés jusqu’à présent, notamment les manifestations neurologiques. »

D’abord, ils ont déclenché des armes biologiques à venin synthétique ; maintenant, ils créent de nouveaux médicaments pour traiter les dommages sanitaires qui en résultent
Comme d’habitude, l’objectif déclaré de l’étude est de développer de nouvelles « stratégies thérapeutiques pour tous les systèmes organiques concernés », ce qui signifie que d’autres médicaments et « vaccins » pharmaceutiques seront bientôt disponibles.

En d’autres termes, comme il y a encore beaucoup de profits à faire, la science est occupée à trouver de nouvelles stratégies pharmaceutiques pour combattre la morsure de serpent.

Nous savons, grâce à des recherches antérieures, que les peptides de venin de serpent peuvent être synthétisés, ce qui signifie qu’ils sont créés artificiellement en tant qu’arme biologique.

Le Forum économique mondial (WEF) mondialiste a célébré cette technologie en raison de son potentiel pour le développement et le déploiement de nouveaux médicaments à base de venin, ce qui est précisément l’objectif de cette nouvelle étude.

Tout cela a été fait avant que la scamdémie de covidés n’émerge fin 2019 et début 2020. C’était l’année 2018, en fait, lorsque le WEF a fait la fête sur le développement de peptides synthétisés à base de venin de serpent, qui vont considérablement élargir le portefeuille des offres de Big Pharma à l’avenir.

« Pourquoi tout d’un coup, nous voyons toutes ces informations sur de nombreuses entreprises qui font des recherches sur le venin de serpent en tant que médicaments pour un large éventail de maladies ? » a demandé un lecteur à l’esprit curieux à Natural News.

L’exposition de l’émission « In the Water » a-t-elle provoqué cette ruée immédiate vers l’information, ou est-ce que COVID était un terrain d’essai réel pour le venin de serpent, et maintenant le feu vert est donné pour aller de l’avant ? J’ai également un réel problème avec tout l’argent consacré aux antivenins. Les morsures de serpent ne figurent-elles pas en bas du classement mondial des problèmes de santé et des décès ? Pourquoi tant d’argent dans ce domaine ? Un drapeau rouge pour moi ! »

Ce sont des questions importantes qui méritent des réponses, n’est-ce pas ? Rien dans ce monde n’est fait sans qu’une sorte d’agenda eugéniste à but lucratif n’y soit attaché. S’il n’y avait pas d’argent et de dépopulation à tirer de toutes ces recherches sur le venin, vous pouvez être sûrs qu’elles n’auraient pas lieu.

Les dernières nouvelles concernant le virus chinois sont disponibles à l’adresse suivante

 Pandemic.news.

Sources for this article include:

ncbi.nlm.nih.gov

NaturalNews.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s