HORRIBLE ILS DEVIENNENT FOUS A LIER C’EST DES CRIMINELS ; Le Canada est pro-mort : Le « leader mondial de l’euthanasie » envisage désormais le suicide médicalement assisté d’enfants SANS consentement parental

En 2021, le Canada est devenu le « leader mondial de l’euthanasie » – en aidant médicalement plus de 10 000 personnes à mourir prématurément. Depuis 2016, les autorités médicales canadiennes ont donné suite à 31 000 demandes d’euthanasie. Les hôpitaux y sont rapidement devenus des camps de la mort, un lieu macabre où les traitements et les conseils sont refusés, où le désespoir et le suicide sont encouragés.

Alors que la dépravation s’étend, le Parlement canadien étudie actuellement une loi qui permettrait aux autorités médicales d’aider les mineurs à se suicider médicalement, sans le consentement des parents. Si cela vous semble farfelu, voici jusqu’où le Canada est allé en quelques années seulement…

L’expansion dépravée du suicide médicalement assisté au Canada et au Royaume-Uni
L’euthanasie était autrefois un acte criminel lorsqu’elle était pratiquée sur des adultes. En 2015, la Cour suprême du Canada a annulé ces interdictions criminelles pour le suicide assisté dans l’affaire Carter c. Canada. Après ce jugement infâme, le Parlement canadien a poursuivi en légalisant « l’aide médicale à mourir » pour les adultes en vertu du projet de loi C-14. Cette loi, adoptée en 2016, autorise les autorités médicales à mettre fin à la vie d’une personne s’il est déterminé que son état comporte des « souffrances endurantes et intolérables » ou une « mort raisonnablement prévisible. »

En 2021, le Parlement canadien a adopté une loi sur l’euthanasie plus cavalière (projet de loi C-7), permettant aux personnes atteintes de maladies mentales de se donner la mort sous surveillance médicale, à condition qu’elles souffrent également d’une affection non liée à une maladie mentale. Cette loi a permis à un jeune homme de 23 ans, Kiano Vafaeian, de demander l’euthanasie à l’insu de sa famille. Il souffrait de dépression chronique, était diabétique et avait perdu la vue d’un œil. Lorsque sa sœur et sa mère se sont inquiétées de sa santé mentale et se sont connectées à son compte, elles ont découvert que leur frère/fils avait demandé et obtenu une « assistance médicale à mourir ». Un médecin devait aider Kiano à réaliser son souhait de mourir à seulement 23 ans. La famille s’est rebiffée. Le médecin – le Dr Joshua Tepper – a reçu des réactions négatives et a finalement renoncé à l’opération. La vie de ce jeune homme a été sauvée, mais tant d’autres jeunes gens envisagent maintenant l’euthanasie et sont désespérément envoyés dans les camps de la mort.

Brighteon.TV
L’euthanasie s’étend désormais aux mineurs
En 2018, une revue médicale britannique a fait la promotion de la soi-disant « éthique » de l’euthanasie des enfants sans le consentement des parents. En 2017, les autorités britanniques se sont approprié un nourrisson nommé Charlie Gard, un enfant en bonne santé qui est né avec une maladie génétique rare et grave. Même si les parents ont réuni des fonds pour un traitement expérimental à l’étranger et qu’un médecin était prêt à les aider, les autorités britanniques ont essentiellement enlevé le petit Charlie à ses parents et ont détenu le nourrisson contre la volonté des parents. Les autorités britanniques ont cherché à mettre fin à la vie du garçon, affirmant que le petit Charlie devait « mourir dans la dignité ». Les tribunaux européens ont décidé que Charlie devait être débranché et qu’on lui refusait tout traitement. Il est mort à 11 mois.

Cette affaire a incité une commission parlementaire canadienne à décider de l’adoption d’une nouvelle loi qui permet aux autorités canadiennes d’enlever des enfants et de les tuer « éthiquement » sans l’avis des parents.

Dans la loi C-7, les législateurs ont créé une disposition qui ouvre la porte à l’euthanasie des mineurs. La loi C-7 prévoit un « examen complet des dispositions du Code criminel relatives à l’aide médicale à mourir et à leur application, y compris, mais sans s’y limiter, les questions relatives aux MINEURS MATURES…. ». Selon le ministère de la Justice du Canada, « les parents sont généralement « habilités à prendre des décisions de traitement au nom de leurs enfants. »

« La doctrine du mineur mature, cependant, permet aux enfants jugés suffisamment matures de prendre leurs propres décisions de traitement. » À l’heure actuelle, le Canada cherche à étendre l’euthanasie aux « mineurs matures » tout en empêchant tout membre de la famille d’intervenir, tout en révoquant les droits parentaux.

Pour connaître les dernières nouvelles sur cette question, consultez le site Euthanasia.News.

https://www.naturalnews.com/2022-11-01-canada-considering-medically-assisted-suicide-of-children-without-parental-consent.html

SOURCES

TheNewAmerican.com

NationalReview.com

NCBI.NLM.NIH.gov

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s