Pourquoi le Grand Reset se termine (et ne commence pas)…par Nicolas Bonnal

    The building of the Bank for International Settlements, BIS, in Basel, Switzerland is pictured on Sunday, Sept. 12, 2010. The world’s top central bankers are meeting in Basel to work on new bank regulations, known as Basel III, aimed at reinforcing the financial stability of the global banking system. (AP Photo/ KEYSTONE/Georgios Kefalas)/Switzerland_Central_Banks_Basel_Rules_BAS107/1009121441

    En s’appuyant sur son immense érudition, Nicolas Bonnal nous explique pourquoi le Grand Reset a commencé dans les années 1970 et comment il est entré dans sa phase finale.

    Le Grand Reset est imaginé au début des années 1970

    Il y a ceux, presque mignons et amusants, comme les journalistes du NYT, qui prétendent que le Grand Reset est une théorie du complot, alors que Davos s’en vante benoîtement sur son site, et puis il y a ceux qui redoutent le Grand Reset à venir, comme s’il n’était déjà là. Un petit rappel pour les distraits alors. Je suis assez vieux pour avoir vu le Grand Reset commencer au début des années 70 : c’était les années de la crise du pétrole, du club de Rome, de Soleil vert et de Roller ball, tout ce qu’il fallait pour rassurer les enfants et préparer un Grand Reset : vous allez obtempérer sinon voilà ce qui va se passer… Et comme cela ne s’est pas passé, on va le provoquer, l’ordinateur bien nommé rendant facile la gestion totalitaire de la société. Tous les films hollywoodiens dénonçaient il y a peu encore les « control freaks » dans leurs scénarios mais comme on ne les croit jamais…

    Dans les années 80, lorsque j’ai commencé à m’intéresser à ces questions, j’ai rencontré un spécialiste nommé Yann Moncomble, disparu prématurément, qui décrivait la stratégie des mondialistes depuis le début du vingtième siècle. Jacques Bordiot l’avait précédé quelques années avant avec un excellent livre nommé Une main cachée dirige. On sentait que tout se mettait en place par les banques au milieu du dix-neuvième siècle (c’est la grande transformation du génial Polanyi ou le manifeste communiste de Karl Marx) et depuis nous sommes conduits par ces bons bergers, en bon troupeau. Exercices d’ingénierie physique et mentale, les deux guerres mondiales ont encadré le mouvement et précipité la montée de la technocratie dirigeante et celle du troupeau apeuré dont a parlé Tocqueville sur un ton effrayé.

    Totalitarisme planétaire


    1945 et la pseudo-déclaration des droits de l’homme marquèrent une avancée vers le totalitarisme planétaire. François Furet, l’homme qui a redécouvert Augustin Cochin, dont j’ai parlé tant de fois, la trouvait trop précise cette déclaration. Et pour cause : elle est indiscrète, elle contrôle, elle commande, elle oriente et elle sert une élite dirigeante à venir et qui est passé au contrôle de tout vers la fin des années soixante. Comme dit Watzlawick elle a besoin du malheur des hommes pour mieux les gouverner.

    Les élites qui dirigent maintenant (voyez le rabbin Amnon Itshak qui en parle très bien) sont impitoyables : ils veulent plumer, ficher, vacciner, contrôler. En 1967 Brzezinski présente son fameux livre sur la société technétronique. Lui non plus ne se paie pas de mots, certain qu’il est de n’être dénoncé que par les plus lucides vite redéfinis théoriciens du complot ! Et il écrit le bougre :

    «Une autre menace, moins manifeste mais non moins fondamentale, est celle de la démocratie libérale. Plus directement liée à l’impact de la technologie, elle implique l’apparition progressive d’une société plus contrôlée et dirigée. Une telle société serait dominée par une élite dont la prétention au pouvoir politique reposerait sur un savoir-faire scientifique prétendument supérieur. Libérée des contraintes des valeurs libérales traditionnelles, cette élite n’hésiterait pas à atteindre ses objectifs politiques en utilisant les dernières techniques modernes pour influencer le comportement public et maintenir la société sous étroite surveillance et contrôle. »

    Cette fin de l’URSS si libératrice…pour les technos occidentaux

    L’élite qui bosse avec Macron est une conséquence du bonapartisme dont j’ai parlé maintes fois ici et ailleurs (voyez mon Coq hérétique publié en 1997 aux Belles Lettres). Mais elle a été sélectionnée pour aller jusqu’au bout et elle le fera. Elle est payée et motivée pour. Dans les années 80 toujours on a vu cette caste mondialiste de hauts fonctionnaires et de soixante-huitards se mettre aux ordres de Bruxelles et du Capital, quand il est apparu que l’U.R.S.S. ne représentait plus une menace (voyez mon texte sur Zinoviev) et qu’on aurait enfin les coudées franches pour se remplir les poches et mettre au pas le populo.

    Guy Debord écrivait en cette fin des années 80 :
    « Il faut conclure qu’une relève est imminente et inéluctable dans la caste cooptée qui gère la domination, et notamment dirige la protection de cette domination. En une telle matière, la nouveauté, bien sûr, ne sera jamais exposée sur la scène du spectacle. Elle apparaît seulement comme la foudre, qu’on ne reconnaît qu’à ses coups. Cette relève, qui va décisivement parachever l’oeuvre des temps spectaculaires, s’opère discrètement, et quoique concernant des gens déjà installés tous dans la sphère même du pouvoir, conspirativement. Elle sélectionnera ceux qui y prendront part sur cette exigence principale : qu’ils sachent clairement de quels obstacles ils sont délivrés, et de quoi ils sont capables. »

    Le loup des steppes

    On voit avec Macron, Leyen ou Grisham (gouverneure démocrate de l’Etat du Nouveau Mexique, elle avait ordonné la fermeture partielle des magasins d’alimentation) que plus aucun obstacle ne les gêne et qu’ils sont capables de tout. Une fois, ajoute Debord que l’on peut « mesurer le point qu’avait pu atteindre la capacité d’hébétude et de soumission des habitants », on peut tout se permettre. Désolé, mais c’est ainsi. Relisez Bernays ou Céline ou même le Loup des steppes pour comprendre. Il ne parle pas d’autre chose le Loup de steppes.

    L’élite mondialiste voulue par Wilson ou le pseudo-colonel Mandel House s’est constituée en 1945 donc, et est arrivée à maturité à la fin des années soixante : ce sont les années Rockefeller, Giscard et Trilatérale dont parlait mon ami Moncomble. Cette élite est totalement déracinée, technophile et gavée de paradigmes (Nizan a très bien vu sa source bourgeoise, j’en ai parlé ici). C’est une élite gnostique élevée par des écrans dans des Babel de verre, comme du reste son troupeau innombrable. En Europe on a pu voir l’émergence de cette élite en partie nazie d’ailleurs (voyez mon texte sur Hallstein) dès les années soixante. L’immigration, la société de consommation et la liquidation des enseignements allait créer une nouvelle population technophile, nomade et soumise.

    Et puis Gorbatchev est arrivé. Tout est allé depuis en s’amplifiant et en s’accélérant, la bêtise et la lâcheté de la masse ne faisaient rien pour écouter les Cassandre muées en théoriciens du complot. Le contrôle des élites asiatiques ou russes est allé de pair, quoiqu’en pensent certains naïfs préoccupés la route de la soie ou le modèle chinois. Modèle chinois qui exige vaccination, contrôle biométrique et gestion informatique de son milliard et quelques d’habitants. Ici encore les oligarques du capitalisme et du communisme se seront merveilleusement tendu la main. C’est bien Kissinger et Nixon qui ont voulu ce rapprochement avec la Chine de Mao, non ?

    Je ne suis pas là pour parler de l’an prochain, tout le monde antisystème le fait, en vain d’ailleurs (« Théorie du complot ! Théorie du complot ! »). Je voulais dire seulement que les choses sont dans une logique terminale. Qui en a fait tant ne peut pas s’arrêter en route (la route du club de Rome et de Soleil vert) et qui en a fait aussi peu pour se défendre à part cliquer depuis vingt ans (moi y compris, ce n’est pas le problème) ne doit pas s’étonner de ce qui va lui arriver.

    Bibliographie très sommaire :


    Zbigniew Brzezinski : l’ère technétronique
    Guy Debord : Commentaires
    Paul Watzlawick : Faites vous-même votre malheur
    Nicolas Bonnal : si quelques résistants (à télécharger gratuitement sur reseauinternational.net)

    https://lecourrierdesstrateges.fr/2022/09/26/pourquoi-le-grand-reset-se-termine-et-ne-commence-paspar-nicolas-bonnal/

    7 commentaires sur « Pourquoi le Grand Reset se termine (et ne commence pas)…par Nicolas Bonnal »

    1. et ça recommence !!
      Quand le Vert devient Brun, et que personne ne le remarque

      par Peter Koenig.

      Figurez-vous qu’il existe un mouvement vert, censé être respectueux de l’environnement et des personnes. Il a une histoire relativement courte, de 20 à 30 ans, peut-être ?

      Qui n’aimerait pas ça ? Le Vert est beau. Il prétend protéger la Terre Mère et l’humanité. Au fil des ans, il devient de plus en plus populaire et se transforme en un parti politique. « Les Verts ». De plus en plus fort dans le monde occidental.

      Ils parlent et prédisent contre le style de vie gaspilleur des hommes. Ils font la promotion de l’alimentation biologique et luttent contre les aliments génétiquement modifiés ou OGM.

      Ils font des incursions dans les parlements des pays occidentaux et deviennent des décideurs importants.

      Ils transforment le « réchauffement de la planète », vieux de deux décennies, en « changement climatique » dans leur programme.

      Le changement climatique devient bientôt la force motrice des Verts. Le changement climatique d’origine humaine – c’est-à-dire les niveaux de dioxyde de carbone (CO2) causés par les combustibles fossiles – culminera en 2022 à près de 420 parties par million (PPM). C’est ce qu’indique la station météorologique de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) située à Mauna Loa, sur l’île d’Hawaï. Le budget de la NOAA pour 2022 est estimé à 6,9 milliards de dollars.

      S’agit-il d’un niveau dangereux ? On nous fait croire qu’il l’est.

      L’agence NOAA alimente en informations importantes l’agenda des Verts (il alimente aussi l’anglophonisation de la langue française visiblement !) ‘– dans le monde entier.

      Peu importe que les océans à l’échelle mondiale absorbent quelque 67 milliards de tonnes de dioxyde de carbone depuis la création de la NOAA en 27 ans, de 1992 à 2018. Mais un système complexe de « flux positifs et négatifs » créant un équilibre, les océans émettent également du dioxyde de carbone dans l’air, à savoir lorsque la concentration de CO2 dans l’eau est plus élevée que dans l’air. Le CO2 des océans aide à nourrir les plantes sur terre, lorsqu’elles ne trouvent pas assez de CO2 dans l’air. Les plantes vivent du dioxyde de carbone et rejettent de l’oxygène dans l’atmosphère. Sans CO2, pas de plantes. Pas d’oxygène. Pas de vie.

      Voir ceci.

      Ce petit détail est ignorée comme par hasard par les obsédés du climat, par les Verts. Il ne correspond pas à leur programme.

      Que l’explication ci-dessus des flux positifs et négatifs ne soit qu’une illustration inspirant une réflexion sur la réalité qui est totalement ignorée par les obsédés du climat et surtout par les Verts. Ils se sont emparés d’un mouvement politique lucratif, financé par des philanthropes comme Soros et Bill Gates. Ils font également pression sur les mangeurs de viande, dans l’espoir de les convertir en mangeurs d’insectes.

      L’agenda (sic) vert est en train de restreindre les libertés des gens par une manipulation mentale et absurde. En d’autres termes, on fait croire à l’humanité pour vrai ce qui est faux.

      On peut se demander à qui appartient ce programme ?

      Et pourquoi les Verts de tous les pays du Nord sont-ils si désireux de contribuer à sa promotion ?

      Peut-être parce que cela fait partie d’un programme plus vaste d’oppression, de contrôle total et de transfert des biens du bas et du milieu vers le haut.

      Les Verts savent exactement ce qu’ils font. Il suffit de regarder ce qu’ils font à l’Allemagne. Ils contribuent à ruiner l’économie allemande, et par association l’économie de l’UE. C’est un processus bien engagé. Les Verts occupent cinq ministères en Allemagne, dont les deux plus puissants, la ministre des affaires étrangères Annalena Baerbock et le ministre de l’économie Robert Habeck.

      Ils sont chargés de promouvoir sans relâche le programme de sanctions contre la Russie – manifestement dicté par les États-Unis – plongeant l’Allemagne et par association l’Europe, potentiellement dans la pire récession que l’Europe ait jamais connue, coupant l’approvisionnement en gaz de la Russie dont l’économie de l’Allemagne dépend à 50% et le reste de l’Europe dans une proportion légèrement moindre.

      Mme Baerbock et M. Habeck, ainsi que leur chancelier, M. Scholz, sont au moins coresponsables de l’acceptation du programme de sanctions russes dicté par Washington, qui a conduit au suicide de l’Europe. D’autres, comme le Français Macron, le Néerlandais Mark Rutte et d’autres soi-disant dirigeants européens, rejoignent allègrement le club. C’est un suicide insensé, car ils savent tous ce qu’ils font et pourquoi ils le font.

      Ils ne travaillent pas pour le bénéfice du peuple européen, de leurs compatriotes, mais pour le bénéfice de l’empire défaillant et de ceux qui tirent les ficelles même à Washington, comme les géants financiers, BlackRock, Vanguard, StateStreet et Cie. Ces soi-disant dirigeants du monde trahissent leur peuple avec des mensonges misérables et une machine médiatique d’endoctrinement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour leur propre bénéfice et celui des géants financiers qui sont prêts à prendre le contrôle (et allez les anglicismes !) du monde.

      Donc, ce que nous vivons n’est pas vraiment le diktat de Washington.

      Il y a peut-être quelque chose de bien plus grand derrière les Verts et leur programme ?

      Peut-être le Forum économique mondial (FEM) (surement !) – qui est à son tour l’instrument visible du secteur financier dominant, dirigé par BlackRock and Co. et quelques autres « poissons » plus petits mais suffisamment gros, comme City Bank, Chase et d’autres. Tous ceux qui sont élégamment étiquetés « trop gros pour échouer et trop gros pour être emprisonnés ».

      Les PDG et les directeurs de ces géants financiers ont peut-être reçu une sorte de « compensation » pour jouer le jeu. Il est certain qu’ils savent ce qu’ils font – ruiner la vie de la population et de l’économie de leur pays. Cela vaut certainement une récompense importante, peut-être une récompense « salvatrice ».

      Dans de nombreuses régions du monde, en particulier en Europe, les Verts sont encore présentés comme les sauveurs de l’environnement et de l’humanité, personne ou presque n’a remarqué la métamorphose des Verts aux Bruns, de leur programme environnemental et social en fascisme pur et simple. Et oui, ils sont généreusement financés par des « philanthropes » tels que la Fondation Gates, le Fonds Soros, les Rockefeller et les Rothschild.
      Établir des liens

      Quelqu’un de très crédible pourrait faire le lien entre la crise climatique, la destruction des récoltes (géo-ingénierie) (famine et mort), la pénurie d’énergie pendant les hivers froids de l’Ouest, l’absence de chauffage, la poussée des personnes avec une faible immunité vers des maladies de type grippal, pour lesquelles les remèdes efficaces sont refusés (hydrpxychloroquine, ivermectine, etc), de sorte qu’elles tombent malades et que beaucoup peuvent ainsi mourir.

      Les hivers froids seront l’occasion d’administrer aux population des « vaccins » contre la grippe (même substances que les vaccins Covid), tuant des millions de personnes, car les gens font encore confiance aux vaccins contre la grippe et les reçoivent par centaines de milliers. Comme leur système immunitaire est déjà compromis par les divers vaccins Covid et ses diverses doses de rappel, de nombreuses personnes, peut-être des centaines de milliers, peuvent mourir. En effet, cela sous l’effet des vaccins contre la grippe. Cause officielle de la mort : Covid.

      C’est un bon prétexte de donner plus de vaccins Covid, alors la série de dommages à la santé continue. Les gens vont-ils se réveiller, avant qu’il ne soit trop tard ?

      Ensuite, il y a la destruction massive des infrastructures – le Pakistan en est un bon exemple – par la géo-ingénierie météorologique (voir ceci), conduisant les pays « en banqueroute » à se plier aux mesures d’austérité du FMI et de la Banque mondiale.

      La destruction des infrastructures causée par le changement climatique contribue à réduire davantage la consommation d’énergie, la réduction du chauffage, la production d’engrais à base de pétrole fossile, ce qui entraîne des pénuries alimentaires et une mortalité causée par la famine ou par des maladies liées à la famine.

      Le plan [agenda] est parfait. Tout s’inscrit dans les scénarios de réduction de la population de l’Agenda 2030 du Great Reset (Grande Réinitialisation) de l’ONU, laissant à la fin de la décennie du « vaccin Covid », comme l’OMS l’appelle les années 2020, beaucoup moins de personnes sur la planète. L’élite – les hégémonies financières – s’attend à profiter allègrement de la faillite des petites et moyennes entreprises dont les actifs ont été absorbés par le sommet du paradis des milliardaires.

      Les criminels de toujours, les géants de la finance, mènent le bal contre les survivants les plus ordinaires – peut-être vous et moi – ou de la prochaine génération.

      Si nous ne nous levons pas, nous pourrions être pucés. L’idée d’être manipulable électroniquement, par des algorithmes ou des robots, pour leur bénéfice de l’élite, bien sûr, bien sûr, peut être acceptée volontairement, parce que c’est tellement « cool » d’être un transhumain pucé, 5G-heureux, tout en ne possédant rien.

      Ce serait l’étape finale. Largement facilitée par les légendaires Verts devenus Bruns.

      Cela n’arrivera pas. Nous sommes nombreux, ils sont peu nombreux, et nous résisterons pacifiquement, avec un tout nouveau mode de vie non matériel qui va évoluer dynamiquement.

      source : Mondialisation

      J’aime

    2. Quand le Vert devient Brun, et que personne ne le remarque

      par Peter Koenig.

      Figurez-vous qu’il existe un mouvement vert, censé être respectueux de l’environnement et des personnes. Il a une histoire relativement courte, de 20 à 30 ans, peut-être ?

      Qui n’aimerait pas ça ? Le Vert est beau. Il prétend protéger la Terre Mère et l’humanité. Au fil des ans, il devient de plus en plus populaire et se transforme en un parti politique. « Les Verts ». De plus en plus fort dans le monde occidental.

      Ils parlent et prédisent contre le style de vie gaspilleur des hommes. Ils font la promotion de l’alimentation biologique et luttent contre les aliments génétiquement modifiés ou OGM.

      Ils font des incursions dans les parlements des pays occidentaux et deviennent des décideurs importants.

      Ils transforment le « réchauffement de la planète », vieux de deux décennies, en « changement climatique » dans leur programme.

      Le changement climatique devient bientôt la force motrice des Verts. Le changement climatique d’origine humaine – c’est-à-dire les niveaux de dioxyde de carbone (CO2) causés par les combustibles fossiles – culminera en 2022 à près de 420 parties par million (PPM). C’est ce qu’indique la station météorologique de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) située à Mauna Loa, sur l’île d’Hawaï. Le budget de la NOAA pour 2022 est estimé à 6,9 milliards de dollars.

      S’agit-il d’un niveau dangereux ? On nous fait croire qu’il l’est.

      L’agence NOAA alimente en informations importantes l’agenda des Verts (il alimente aussi l’anglophonisation de la langue française visiblement !) ‘– dans le monde entier.

      Peu importe que les océans à l’échelle mondiale absorbent quelque 67 milliards de tonnes de dioxyde de carbone depuis la création de la NOAA en 27 ans, de 1992 à 2018. Mais un système complexe de « flux positifs et négatifs » créant un équilibre, les océans émettent également du dioxyde de carbone dans l’air, à savoir lorsque la concentration de CO2 dans l’eau est plus élevée que dans l’air. Le CO2 des océans aide à nourrir les plantes sur terre, lorsqu’elles ne trouvent pas assez de CO2 dans l’air. Les plantes vivent du dioxyde de carbone et rejettent de l’oxygène dans l’atmosphère. Sans CO2, pas de plantes. Pas d’oxygène. Pas de vie.

      Voir ceci.

      Ce petit détail est ignorée comme par hasard par les obsédés du climat, par les Verts. Il ne correspond pas à leur programme.

      Que l’explication ci-dessus des flux positifs et négatifs ne soit qu’une illustration inspirant une réflexion sur la réalité qui est totalement ignorée par les obsédés du climat et surtout par les Verts. Ils se sont emparés d’un mouvement politique lucratif, financé par des philanthropes comme Soros et Bill Gates. Ils font également pression sur les mangeurs de viande, dans l’espoir de les convertir en mangeurs d’insectes.

      L’agenda (sic) vert est en train de restreindre les libertés des gens par une manipulation mentale et absurde. En d’autres termes, on fait croire à l’humanité pour vrai ce qui est faux.

      On peut se demander à qui appartient ce programme ?

      Et pourquoi les Verts de tous les pays du Nord sont-ils si désireux de contribuer à sa promotion ?

      Peut-être parce que cela fait partie d’un programme plus vaste d’oppression, de contrôle total et de transfert des biens du bas et du milieu vers le haut.

      Les Verts savent exactement ce qu’ils font. Il suffit de regarder ce qu’ils font à l’Allemagne. Ils contribuent à ruiner l’économie allemande, et par association l’économie de l’UE. C’est un processus bien engagé. Les Verts occupent cinq ministères en Allemagne, dont les deux plus puissants, la ministre des affaires étrangères Annalena Baerbock et le ministre de l’économie Robert Habeck.

      Ils sont chargés de promouvoir sans relâche le programme de sanctions contre la Russie – manifestement dicté par les États-Unis – plongeant l’Allemagne et par association l’Europe, potentiellement dans la pire récession que l’Europe ait jamais connue, coupant l’approvisionnement en gaz de la Russie dont l’économie de l’Allemagne dépend à 50% et le reste de l’Europe dans une proportion légèrement moindre.

      Mme Baerbock et M. Habeck, ainsi que leur chancelier, M. Scholz, sont au moins coresponsables de l’acceptation du programme de sanctions russes dicté par Washington, qui a conduit au suicide de l’Europe. D’autres, comme le Français Macron, le Néerlandais Mark Rutte et d’autres soi-disant dirigeants européens, rejoignent allègrement le club. C’est un suicide insensé, car ils savent tous ce qu’ils font et pourquoi ils le font.

      Ils ne travaillent pas pour le bénéfice du peuple européen, de leurs compatriotes, mais pour le bénéfice de l’empire défaillant et de ceux qui tirent les ficelles même à Washington, comme les géants financiers, BlackRock, Vanguard, StateStreet et Cie. Ces soi-disant dirigeants du monde trahissent leur peuple avec des mensonges misérables et une machine médiatique d’endoctrinement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour leur propre bénéfice et celui des géants financiers qui sont prêts à prendre le contrôle (et allez les anglicismes !) du monde.

      Donc, ce que nous vivons n’est pas vraiment le diktat de Washington.

      Il y a peut-être quelque chose de bien plus grand derrière les Verts et leur programme ?

      Peut-être le Forum économique mondial (FEM) (surement !) – qui est à son tour l’instrument visible du secteur financier dominant, dirigé par BlackRock and Co. et quelques autres « poissons » plus petits mais suffisamment gros, comme City Bank, Chase et d’autres. Tous ceux qui sont élégamment étiquetés « trop gros pour échouer et trop gros pour être emprisonnés ».

      Les PDG et les directeurs de ces géants financiers ont peut-être reçu une sorte de « compensation » pour jouer le jeu. Il est certain qu’ils savent ce qu’ils font – ruiner la vie de la population et de l’économie de leur pays. Cela vaut certainement une récompense importante, peut-être une récompense « salvatrice ».

      Dans de nombreuses régions du monde, en particulier en Europe, les Verts sont encore présentés comme les sauveurs de l’environnement et de l’humanité, personne ou presque n’a remarqué la métamorphose des Verts aux Bruns, de leur programme environnemental et social en fascisme pur et simple. Et oui, ils sont généreusement financés par des « philanthropes » tels que la Fondation Gates, le Fonds Soros, les Rockefeller et les Rothschild.
      Établir des liens

      Quelqu’un de très crédible pourrait faire le lien entre la crise climatique, la destruction des récoltes (géo-ingénierie) (famine et mort), la pénurie d’énergie pendant les hivers froids de l’Ouest, l’absence de chauffage, la poussée des personnes avec une faible immunité vers des maladies de type grippal, pour lesquelles les remèdes efficaces sont refusés (hydrpxychloroquine, ivermectine, etc), de sorte qu’elles tombent malades et que beaucoup peuvent ainsi mourir.

      Les hivers froids seront l’occasion d’administrer aux population des « vaccins » contre la grippe (même substances que les vaccins Covid), tuant des millions de personnes, car les gens font encore confiance aux vaccins contre la grippe et les reçoivent par centaines de milliers. Comme leur système immunitaire est déjà compromis par les divers vaccins Covid et ses diverses doses de rappel, de nombreuses personnes, peut-être des centaines de milliers, peuvent mourir. En effet, cela sous l’effet des vaccins contre la grippe. Cause officielle de la mort : Covid.

      C’est un bon prétexte de donner plus de vaccins Covid, alors la série de dommages à la santé continue. Les gens vont-ils se réveiller, avant qu’il ne soit trop tard ?

      Ensuite, il y a la destruction massive des infrastructures – le Pakistan en est un bon exemple – par la géo-ingénierie météorologique (voir ceci), conduisant les pays « en banqueroute » à se plier aux mesures d’austérité du FMI et de la Banque mondiale.

      La destruction des infrastructures causée par le changement climatique contribue à réduire davantage la consommation d’énergie, la réduction du chauffage, la production d’engrais à base de pétrole fossile, ce qui entraîne des pénuries alimentaires et une mortalité causée par la famine ou par des maladies liées à la famine.

      Le plan [agenda] est parfait. Tout s’inscrit dans les scénarios de réduction de la population de l’Agenda 2030 du Great Reset (Grande Réinitialisation) de l’ONU, laissant à la fin de la décennie du « vaccin Covid », comme l’OMS l’appelle les années 2020, beaucoup moins de personnes sur la planète. L’élite – les hégémonies financières – s’attend à profiter allègrement de la faillite des petites et moyennes entreprises dont les actifs ont été absorbés par le sommet du paradis des milliardaires.

      Les criminels de toujours, les géants de la finance, mènent le bal contre les survivants les plus ordinaires – peut-être vous et moi – ou de la prochaine génération.

      Si nous ne nous levons pas, nous pourrions être pucés. L’idée d’être manipulable électroniquement, par des algorithmes ou des robots, pour leur bénéfice de l’élite, bien sûr, bien sûr, peut être acceptée volontairement, parce que c’est tellement « cool » d’être un transhumain pucé, 5G-heureux, tout en ne possédant rien.

      Ce serait l’étape finale. Largement facilitée par les légendaires Verts devenus Bruns.

      Cela n’arrivera pas. Nous sommes nombreux, ils sont peu nombreux, et nous résisterons pacifiquement, avec un tout nouveau mode de vie non matériel qui va évoluer dynamiquement.

      source : Mondialisation

      J’aime

    Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s