Le monde imaginaire qu’ils construisent pour vous

Vous savez que j’explique régulièrement que les élites ont construit un monde imaginaire. Un monde dans lequel elles ont séparé les ombres des corps, autonomisé les ombres. En clair les signes qui sont censés refléter la réalité ont été disjoints et ne servent plus maintenant qu’à tracer une fausse réalité qui correspond aux besoins des classe dominantes pour le maintien de leur domination.

Cet article l’exemplifie clairement. Bruno Bertez

***

par James O’Neill.

Lorsque l’on regarde la guerre en Ukraine et qu’on lit lire les médias occidentaux on se demande, d’où ces gens tirent-ils leurs informations ?

Il y a un détachement presque total entre les événements sur le terrain et la façon dont ils sont rapportés dans les médias occidentaux.

Cela est plus évident dans la presse britannique que partout ailleurs en Europe. Ayant récemment visité le Royaume-Uni, j’ai été choqué par leurs reportages sur la guerre, ou plutôt par ce qu’ils prétendaient être leurs reportages. C’était si complètement éloigné de la réalité qu’il fallait faire une pause et se rappeler que ce qui était rapporté n’était pas tant une chronique d’événements mais plutôt une série de déclarations qui reflétaient ce que les Britanniques espéraient être le cas.

En cela, ils reflétaient le détachement total de la réalité qui se manifeste dans les déclarations de plus en plus bizarres du président ukrainien.

Dans sa dernière déclaration faite dimanche dernier, le président Zelensky a déclaré que l’Ukraine reprendrait le Donbass. Il s’agit de la partie majoritairement russophone du pays qui a signé un accord avec le gouvernement ukrainien en 2015 et semble offrir au Donbass un degré d’indépendance significatif.

Ce que le gouvernement du Donbass ne réalisait pas alors, c’est que le gouvernement ukrainien n’avait aucune intention de remplir ses obligations en vertu de l’accord. Au lieu de respecter les accords, des dizaines de milliers de soldats ukrainiens ont occupé la région et sont maintenant expulsés de force après l’intervention russe en février de cette année.

Que les Russes aient mis si longtemps à intervenir est l’une des grandes énigmes de tout l’exercice. Il devait être évident, bien avant l’intervention russe en février, que le gouvernement ukrainien n’avait aucune intention de remplir ses obligations au titre des accords de 2014 et 2015. La vraie raison de l’intransigeance ukrainienne que l’on soupçonne est que le gouvernement ukrainien n’était pas celui qui prenait réellement les décisions. Ce sont plutôt les Américains. Après tout, ce sont eux qui ont organisé le coup d’État qui a renversé le gouvernement ukrainien légitime en 2014 et qui ont soutenu le gouvernement qu’il y a installé depuis.

L’objectif alors, comme aujourd’hui, était essentiellement un mouvement anti-russe.

Les Américains ont été ravis de l’intervention de la Russie en février 2022 car elle leur a donné l’excuse parfaite pour étendre leur politique anti-russe, y compris le remplacement prévu de Vladimir Poutine à la présidence russe.

Toute cette politique, y compris la séparation des Européens de l’économie russe, a été un échec lamentable.

Loin d’amener les Russes au bord de l’effondrement, cette politique s’est retournée contre la grande majorité des 30 membres de l’Union européenne. Ce sont eux qui sont maintenant confrontés à la sombre perspective d’être littéralement gelés cet hiver alors que les Russes réduisent considérablement l’approvisionnement en pétrole et en gaz et réduisaient effectivement le rôle de Nord Stream 1 dans le maintien du fonctionnement du système européen.

Les Allemands parlent même maintenant de relancer le projet Nord Stream 2 qui était prêt à fournir de l’énergie à l’Europe il y a des mois, mais a été fermé par un gouvernement allemand faible, tellement sous l’emprise des Américains qu’ils étaient prêts à mettre en péril leur propre prospérité.

Maintenant, les Allemands sont dans la position inconfortable de devoir admettre qu’ils ont fait une erreur et de demander effectivement aux Russes de les libérer du piège qu’ils s’étaient eux-mêmes imposé. Les Russes, sans surprise, sont peu intéressés à sauver les Allemands des résultats de leur propre folie.

L’incarnation de ce détachement de la réalité était le discours de Zelensky dimanche dernier. Il a affirmé que l’Ukraine reprendrait le Donbass. « Nous n’avons oublié et n’oublierons aucune de nos villes ni aucun de nos habitants », a-t-il déclaré.

Insistant davantage sur son détachement total de la réalité, Zelensky a poursuivi : « L’Ukrainien de Donetsk a été humilié par l’occupation russe et volé. Mais l’Ukraine reviendra. Avec certitude. La vie reviendra. La dignité du peuple du Donbass reviendra. Il a même affirmé que le drapeau ukrainien serait « définitivement » remis en place en Crimée.

Il existe des rapports contradictoires selon lesquels Zelensky a à la fois un problème d’alcool et de drogue. Il peut n’avoir ni l’un ni l’autre ou les deux. Ce qui est certain cependant, c’est son détachement total de la réalité.

Ses références à la reconquête de la Crimée en sont un bon exemple. Cette île a été offerte à l’Ukraine par le président russe Khrouchtchev en 1954. Le peuple de Crimée n’a pas été consulté. À l’époque, l’Ukraine et la Crimée faisaient partie de l’URSS et le transfert avait peu de conséquences pratiques. C’est un exemple du reportage sélectif de l’histoire par les médias occidentaux : ils ignorent complètement l’histoire pertinente mais rapportent sérieusement les affirmations de Zelensky de reconquérir la Crimée. Les habitants de Crimée sont aussi peu susceptibles d’être consultés sur une telle décision qu’ils ne l’étaient en 1954. Ce qui est certain cependant, c’est que est que la grande majorité des Criméens sont satisfaits du statu quo actuel et n’ont absolument aucun désir d’être renvoyés en Ukraine, sous Zelensky ou qui que ce soit d’autre.

Il est typique des médias occidentaux qu’ils aient ignoré les souhaits du peuple de Crimée en faisant la promotion du rêve éphémère de l’actuel président ukrainien.

Le reste du discours de Zelensky, cité plus haut, est également détaché de la réalité. Le Donbass a maintenant été récupéré par la Russie et il est très peu probable qu’il revienne sous contrôle ukrainien. Toutes les revendications ukrainiennes sur le territoire ont été sapées par la vaste discrimination exercée contre la région par les forces ukrainiennes, notamment en tuant plus de 14 000 personnes et en forçant un million d’autres à l’exil. L’interdiction par l’Ukraine de l’utilisation de la langue russe était une autre décision qui était très peu susceptible de provoquer une réaction positive du peuple du Donbass aux revendications ukrainiennes en matière de gouvernance.

Compte tenu de ces faits, il est difficile de voir le Donbass revenir un jour sous contrôle ukrainien. Les Américains aimeraient que la guerre continue. De leur point de vue, c’est une situation gagnant-gagnant.

Les Russes sont engagés dans une guerre impopulaire qui leur a fait perdre beaucoup de soutien en Occident. Les Américains peuvent essayer leurs nouvelles armes sans exposer leurs propres soldats au risque d’être tués. Ce qu’ils n’ont pas vu, c’est que la majeure partie des nations du monde ne soutient pas leur version des événements. La Russie a survécu aux sanctions européennes et prospère ailleurs dans le monde. Ce sont les Européens dont vous souffrez et cela empirera dans un avenir prévisible.

La réaction européenne a cependant considérablement durci l’attitude de la Russie vis-à-vis de l’ordre mondial existant.

Avec la Chine, ils forgent un tout nouveau système de relations géopolitiques et économiques. Les conséquences de ces changements finiront par saper l’influence résiduelle des États-Unis dans de vastes régions du monde. Un tel résultat est à mon sens bienvenu.

source : New Eastern Outlook

via Bruno Bertez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s