UN TRAITEMENT MIRACLE A SAUVE TOUS LES PATIENTS TRAITES, ils allaient mourir étouffés

UN TRAITEMENT MIRACLE A SAUVE TOUS LES PATIENTS TRAITES, ils allaient mourir étouffés

Publié le 15 août 2022 par pgibertie

Chez 24 sujets COVID-19 très gravement atteints refusant l’hospitalisation avec des caractéristiques à haut risque, une hypoxie et des symptômes non traités pendant 9 jours en moyenne.Ces malades californiens avaient majoritairement des comorbidités ( obèses morbides, cardiaques , diabétiques ) La tempête de cytokine avait commencé

Cent pour cent des patients acceptant le traitement ont survécu sans avoir besoin d’être hospitalisés. Tous les sujets se sont rétablis des symptômes hypoxiques (SpO 2 > 95 %) dans les 10 jours suivant le traitement.

Deux autres patients dans le même état au début de l’étude ont finalement refusé le traitement et sont donc morts.

Il n’aurait pas été ethique d’avoir un groupe placébo constitué de malades non traités et donc condamnés à mourir

L’hypoxie est un prédicteur démontré de la mortalité par COVID-19. Par exemple, plusieurs de ces patients présentaient une hypoxie profonde, mesurée par oxymétrie à 73 %, 77 %, 84 % et 85 % lors de la présentation. Malgré un délai entre les symptômes et le traitement de 9,2 jours, ce traitement a apporté une amélioration rapide – commençant chez certains en moins de 12 h avec une SpO 2 moyenne passant de 86,5 à 93,1 au cours des 24 premières heures. Il y avait une amélioration parallèle des symptômes, y compris la perte de toux, de fièvre et de fatigue

Le traitement miracle est celui du gastro entérologue Thomas Borody proposé dès 2020 et largement utilisé dans le monde non occidental …

C ‘est le fameux kit ziverdo complété des vitamines C et D

J’ ai personnellement pu constater son effet en France avec un oxymètre remontant de 92 à 94 en moins de 24h

fmb-2022-0014Télécharger

les auteurs ont administré cette nouvelle combinaison d’ivermectine, de doxycycline, de zinc et de vitamines D et C. Résultats & conclusions :Tous les sujets ont résolu les symptômes (en 11 jours en moyenne) et la saturation en oxygène s’est améliorée en 24 h (87,4 % à 93,1 % ; p = 0,001). Il n’y a eu aucune hospitalisation ni aucun décès, 

IVM et Hcq, la quercétine ont des rôles entièrement distincts dans le microbiote. Le traitement consiste à se débarrasser du virus et à s’assurer que vous ne le contractez plus. C’est pourquoi la médecine est un art, et il faut comprendre le microbiote.

« Nous émettons l’hypothèse que l’ivermectine, en tant que sous-produit de la fermentation de Streptomyces , est capable de nourrir Bifidobacterium , prévenant ainsi éventuellement contre les susceptibilités au COVID »

@SabinehazanMD.

fmicb-13-952321 (1)Télécharger

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=giberpa&dnt=true&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfdGltZWxpbmVfbGlzdCI6eyJidWNrZXQiOlsibGlua3RyLmVlIiwidHIuZWUiXSwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9lZGl0X2JhY2tlbmQiOnsiYnVja2V0Ijoib24iLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3JlZnNyY19zZXNzaW9uIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9uIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9yZXN1bHRfbWlncmF0aW9uXzEzOTc5Ijp7ImJ1Y2tldCI6InR3ZWV0X3Jlc3VsdCIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0Zndfc2Vuc2l0aXZlX21lZGlhX2ludGVyc3RpdGlhbF8xMzk2MyI6eyJidWNrZXQiOiJpbnRlcnN0aXRpYWwiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2V4cGVyaW1lbnRzX2Nvb2tpZV9leHBpcmF0aW9uIjp7ImJ1Y2tldCI6MTIwOTYwMCwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd19kdXBsaWNhdGVfc2NyaWJlc190b19zZXR0aW5ncyI6eyJidWNrZXQiOiJvZmYiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3R3ZWV0X2VkaXRfZnJvbnRlbmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1559145434232377349&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fpgibertie.com%2F2022%2F08%2F15%2Fun-traitement-miracle-a-sauve-tous-les-patients-traites-ils-allaient-mourir-etouffes%2F&sessionId=533cf6d71f69a916786432559e6111186d92c400&siteScreenName=giberpa&theme=light&widgetsVersion=31f0cdc1eaa0f%3A1660602114609&width=550px

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=giberpa&dnt=true&embedId=twitter-widget-1&features=eyJ0ZndfdGltZWxpbmVfbGlzdCI6eyJidWNrZXQiOlsibGlua3RyLmVlIiwidHIuZWUiXSwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9lZGl0X2JhY2tlbmQiOnsiYnVja2V0Ijoib24iLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3JlZnNyY19zZXNzaW9uIjp7ImJ1Y2tldCI6Im9uIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9yZXN1bHRfbWlncmF0aW9uXzEzOTc5Ijp7ImJ1Y2tldCI6InR3ZWV0X3Jlc3VsdCIsInZlcnNpb24iOm51bGx9LCJ0Zndfc2Vuc2l0aXZlX21lZGlhX2ludGVyc3RpdGlhbF8xMzk2MyI6eyJidWNrZXQiOiJpbnRlcnN0aXRpYWwiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2V4cGVyaW1lbnRzX2Nvb2tpZV9leHBpcmF0aW9uIjp7ImJ1Y2tldCI6MTIwOTYwMCwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd19kdXBsaWNhdGVfc2NyaWJlc190b19zZXR0aW5ncyI6eyJidWNrZXQiOiJvZmYiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3R3ZWV0X2VkaXRfZnJvbnRlbmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1559145434232377349&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fpgibertie.com%2F2022%2F08%2F15%2Fun-traitement-miracle-a-sauve-tous-les-patients-traites-ils-allaient-mourir-etouffes%2F&sessionId=533cf6d71f69a916786432559e6111186d92c400&siteScreenName=giberpa&theme=light&widgetsVersion=31f0cdc1eaa0f%3A1660602114609&width=550px

https://t.co/7AJ81kswjw

« Avec l’ivermectine, si vous leur donnez une forte dose, leur oxygène commence à remonter. » « J’ai eu un patient avec 63% d’oxygène, en 2 heures il est remonté à 77%, puis 88%. »

L’ivermectine est un agent antiparasitaire qui a attiré l’attention en tant que thérapeutique potentielle du COVID-19. C’est un composé du type Avermectine, qui est un sous-produit fermenté de Streptomyces avermitilis . Bifidobacterium est membre du même phylum que Streptomyces spp., ce qui suggère qu’il pourrait avoir une relation symbiotique avec Streptomyces . Des niveaux réduits de Bifidobacterium sont observés dans les états de sensibilité au COVID-19, notamment la vieillesse, les troubles auto-immuns et l’obésité. Nous émettons l’hypothèse que l’ivermectine, en tant que sous-produit de la fermentation de Streptomyces , est capable de nourrir Bifidobacterium , prévenant ainsi éventuellement contre les susceptibilités au COVID-19. En outre,Bifidobacterium peut être capable de renforcer l’immunité naturelle, offrant une protection plus directe contre le COVID-19. Ces données concordent avec notre étude, ainsi qu’avec d’autres, qui montrent que l’ivermectine protège contre le COVID-19.

Une augmentation des niveaux de Bifidobacterium peut réduire les niveaux d’inflammation et la fonction TNF-α, calmant ainsi la tempête de cytokines de l’infection par le SRAS-CoV-2. Il a été démontré que Bifidobacterium se lie au TNF-α ( Hughes et al., 2017 ; Dyakov et al., 2020 ). Cette liaison absorbera le TNF-α de l’intestin, qui, à son tour, le réduira dans la circulation sanguine, et finira par l’absorber des poumons et d’autres zones touchées (l’« axe intestin-poumon » ; Cervantes et Hong, 2017 ; Figure 1 ).

L’IVM est connue pour avoir des effets antibactériens contre Staphylococcus aureus et d’autres bactéries gram-positives, ce qui peut sembler contradictoire avec son potentiel à favoriser la croissance d’une autre bactérie gram-positive, Bifidobacterium. Cependant, une étude de Lazarenko et al. (2012) ont montré que certains Bifidobacterium spp. peut avoir des effets protecteurs contre l’ infection à S. aureus chez la souris, agissant ainsi dans une relation antagoniste avec S. aureus . Ainsi, IVM et Bifidobacterium agissent tous deux contre S. auereus , et il est peu probable que l’IVM agisse également contre Bifidobacterium .

Si cette hypothèse présentée est vraie, le moment de l’administration de l’IVM devrait être juste avant ou au moment de la tempête de cytokines. Les patients infectés par le SRAS-CoV-2 gravement touchés développent une tempête de cytokines parallèlement à l’hypoxémie vers les jours 10 à 14, appelée « crash de la deuxième semaine » ( Bernstein et Cha, 2020 ; Mehta et Fajgenbaum, 2021 ; « crash de la deuxième semaine » est le moment du péril pour certains patients

Notre étude sur la thérapie combinée IVM a commencé la thérapie vers le jour 10, car les patients se présentaient généralement à l’étude hypoxiques au jour 9 (le temps moyen entre l’apparition des symptômes et le début du traitement était de 9,2 jours). Ce moment a abouti à un traitement réussi, les 24 patients gravement hypoxiques se rétablissant sans hospitalisation ( Hazan et al., 2022a). En bref, l’IVM doit généralement être administrée au moment d’une chute de SpO 2 , au début de la tempête de cytokines et/ou environ aux jours 10 à 14.

La gravité du SRAS-CoV-2 a été associée à des niveaux inférieurs de Bifidobacterium ( Tao et al., 2020 ; Xu et al., 2020 ; Reinold et al., 2021 ; Yeoh et al., 2021 ; Zuo et al., 2021 ; Hazan et al., 2022b ). Les probiotiques ont été supposés et testés avec succès pour améliorer les symptômes du SRAS-CoV-2 ( Bozkurt et Quigley, 2020 ; Bozkurt et Bilen, 2021 ; Khaled, 2021 ; Khodavirdipour, 2021 ; Gutiérrez-Castrellón et al., 2022 ; Khodavirdipour et al. , 2022 ), et ils sont souvent améliorés par l’utilisation de prébiotiques (Markowiak et Śliżewska, 2017 ). Ainsi, nous avons cherché à trouver des médicaments qui augmentent le niveau de bactéries intestinales bénéfiques, c’est-à-dire qui ont un effet prébiotique.

Il a été démontré que l’ivermectine traite efficacement l’infection par le SRAS-CoV-2

Plus de 40 études évaluées par des pairs ( tableau 1 ) ont démontré des études sur l’efficacité de l’IVM dans l’infection par le SRAS-CoV-2 ( Alam et al., 2020 ; Khan et al., 2020 ; Kishoria et al., 2020 ; Reaz et al . ., 2020 ; Abd-Elsalam et al., 2021 ; Ahmed et al., 2021 ; Ahsan et al., 2021 ; Aref et al., 2021 ; Behera et al., 2021 ; Cadegiani et al., 2021 ; Chaccour et al., 2021 ; Chahla et al., 2021 ; Chowdhury et al., 2021 ; Elalfy et al., 2021 ; Faisal et al., 2021Ferreira et al., 2021 ; Hellwig et Maia, 2021 ; Krolewiecki et al., 2021 ; Lima-Morales et al., 2021 ; Lopez-Medina et al., 2021 ; Mohan et al., 2021 ; Morgenstern et al., 2021 ; Mukarram, 2021 ; Okumus et al., 2021 ; Podder et al., 2021 ; Rajter et al., 2021 ; Ravikirti et al., 2021 ; Rezk et al., 2021 ; Seet et al., 2021 ; Shahbaznejad et al., 2021 ; Shoumann et al., 2021 ; Abbas et al., 2022 ;Ascencio-Montiel et al., 2022 ; Babalola et al., 2022 ; Beltran Gonzalez et al., 2022 ; Buonfrate et al., 2022 ; Hazan et al., 2022a ; Kerr et al., 2022 ; Lim et al., 2022 ; Mayer et al., 2022 ; Mustafa et al., 2022 ; Ozer et al., 2022 ; Reis et al., 2022 ; Shimizu et al., 2022 ; Zubair et al., 2022), avec plus de 80 % des études montrant des résultats positifs avec le traitement IVM. Dans l’ensemble, l’IVM a montré une amélioration de 60 à 85 % des résultats, y compris la mortalité, la ventilation, la récupération, la clairance et les admissions à l’hôpital/aux soins intensifs. L’efficacité pourrait être particulièrement forte à des doses élevées ( Krolewiecki et al., 2021 ; Buonfrate et al., 2022 ; Mayer et al., 2022 ) et pour une infection sévère par le SARS-CoV-2 ( Beltran Gonzalez et al., 2022 ; Hazan et al., 2022a ; Zubair et al., 2022 ), et il faut considérer que la dose efficace est très affectée par la co-administration alimentaire ( Food and Drug Administration, 2022). Ainsi, il y a un énorme besoin de déterminer, non pas si mais comment l’IVM est idéalement appliquée pour l’infection par le SRAS-CoV-2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s